Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 15:34
RAPATRIEMENT DES RESTES DE PATRICE LUMUMBA : BIENVENU MASSAMBA MP TROUVONS UN COMPROMIS D'ENSEMBLE AVEC LA DIASPORA CONGOLAISE ET LE PEUPLE CONGOLAIS DE KINSHASA !
RAPATRIEMENT DES RESTES DE PATRICE LUMUMBA : BIENVENU MASSAMBA MP TROUVONS UN COMPROMIS D'ENSEMBLE AVEC LA DIASPORA CONGOLAISE ET LE PEUPLE CONGOLAIS DE KINSHASA !

Bienvenu Massamba MP exhorte toutes les parties prenantes dans l'organisation des cérémonies du rapatriement des restes de notre Héros national Patrice Emery Lumumba de repousser la date du 22 janvier 2022 au 30 juin 2022 compte tenu des préalables a remplir avant toute autre cérémonie notamment les préparatifs proprement dits avec la construction de Mausole a la place de l'échangeur Limete;

La restitution des restes de reliques de notre Héros national Patrice Emery Lumumba doit trouver un compromis d'ensemble avec tout le peuple congolais zaïrois d'origine ainsi que la communauté internationale africaine en vu d'honorer sa mémoire et lui rendre un dernier hommage; Cela va inclure plusieurs cérémonies d'hommage en son honneur et réparation doit être faite digne de son rang en proclamant du coup la reconnaissance du génocide congolais perpétré pendant l'époque léopoldienne pérennisé par la Belgique jusqu'à nos jours, notre peuple mérite ça !, Parmi la nomenclature des réparations à venir :  restitution des œuvres d'art cachées à Tervuren, facilitation de visa aux congolais zaïrois d'origine, reconstruction des infrastructures du Congo Kinshasa laissées à l'abandon, payer la facture coloniale de 80 millions d'euros etc...etc...; Présenter des excuses dignes de ce nom au nom du peuple belge et de la Belgique au peuple congolais zaïrois d'origine, rapatrier rapidement les industries volées du Congo Kinshasa par la métropole Bruxelles depuis des lustres, combattre; enrayer le racisme structuré en Belgique, Commencer à populariser l'enseignement du colonialisme belge du Congo Kinshasa à tous les niveaux en vue de sortir des clichés d'emprisonnement des méfaits du colonialisme, commémorer chaque année des activités  a caractères touristiques et culturelles concernant la reconnaissance du génocide congolais. 

Marcher sans conscience historique pour un peuple est synonyme de suicide, de perte de repères, d'oubli de soi-même et de manque de perspectives d'avenir car science sans conscience n'est que ruines de l'âme dit-on ! On prédit pas l'avenir mais on le construit à travers le passé. 

AFFAIRE PASSE COLONIAL BELGE : BIENVENU MASSAMBA MP CONSEILLE LES AUTORITES BELGES DE CONSIDERER LA PROPOSITION DE L'EX-DEPUTE FEDERAL BELGE LAURENT LOUIS

Nous sommes ici aujourd'hui pour oser dire la verite, cette verite que la Belgique dissimule depuis des longues annees, cette verite qui est que sous Leopold II, le Congo Kinshasa tout entier était un camp de concentration, un camp de travail forcee qui permit a la famille royale belge mais aussi a la Belgique de s'enrichir sur le sang et la mort des congolais. Jamais sans le congo-kinshasa la Belgique  ne serait devenue une grande puissance mondiale. Jamais sans le congo le Belgique n'aurait pu se developper comme elle l'a fait. Dans tous les magnifiques bâtiments de Bruxelles, c'est le sang des congolais qui coule !

La fortune de la famille saxe cobourg, la famille royale belge, a été en majeure partie constituee sur le pillage a grande echelle du congo Kinshasa et l'exploitation des congolais. Ce n'est pas un crime de l'affirmer, c'est une verite a retabblir !

Et meme si cette verite a souvent été cachee, je n'ai pas peur d'affirmer que c'est également la Belgique qui, soutenu par les USA dans le annees 60, a cree le sida au congo-kinshasa en utilisant les congolais comme des cobayes pour des expériences menees sur le vaccin de la polio, bref nous sommes laa pour demander a la Belgique de reconnaitre ses crimes, pour demander a la communaute internationale de reconnaitre la souffrance du peuple congolais. Presque tous le jours, nous commémorons la Shoas. Il ne se passe pas une semaine sans qu'on parle dans les medias ou la television du calvaire des juifs. La Shoas, c'est 6 millions de morts. C'est l'horreur bien entendu, c'est un crime horrible mais la colonisation belge au congo, c'est plus de 10 millions de morts. Et je ne compte pas les victimes du sida, d'Ebola ou des femmes viollees. 10 millions de morts ! Et pas une ligne dans les manuels d'histoire de nos enfants ! pas un mot !

Les congolais ont-ils moins de valeurs que les juifs ? Non, ils méritent donc d'etre respectees comme eux. Les congolais méritent de voir leur souffrance passee reconnue. Et je l'ai dit, la Belgique doit presenter des excuses formelles et fermes pour les crimes commis au congo-kinshasa, c'est un devoir moral ! Un devoir que le Roi Philippe se doit d'executer car lui seul est mesure de sexcuser au nom du peuple belge et de sa famille !

Mes amis, nous sommes présents ce 26 novembre 2013 pour exiger des excuses mais plus que des mots, ce sont des actions que nous voulons. Nous exigeons que les crimes contre l'humanite auxquels la Belgique participe toujours au Congo-Kinshasa cessent !

Nous commémorons certes les victimes passees mais nous nous mobilisons surtout pour les victimes actuelles, ces victimes du genocide commis a l'est du pays ces dernieres annees, ces femmes victimes de viols horribles mais aussi les victimes de l'immobilisme et de la mauvaise gouvernance du president congolais actuel, marionnette des intérêts financiers et des multinationales occidentales qui dirigent ce "monde du fric a tout prix" !

Pour changer cette realite, il faut changer de politique. Sans un veritable changement au niveau des dirigeants politiques occidentaux, jamais je vous dis bien jamais, le congo-kinshasa ne disposera d'une relle independance. Les pouvoirs en place ont bien trop interet a poursuivre l'exploitation du congo-kinshasa. Les congolais ouu qu'ils se trouvent dans le monde ont donc une mission importante et cruciale a savoir : participer aux changements politiques dans leur pays d'adoption ou d'origine afin de changer le sort du congo-kinshasa.

A la chambre des représentants :

1. vu les nombreux témoignages établissant l'exploitation indigne et les mauvais traitements dont était victime la population congolaise, y compris l'esclavage, la malnutrition, et les mutilations confère affaire des mains coupées avec photos a l'appui; en particulier dans l'industrie du caoutchouc, qui menèrent a un mouvement international de protestation mené par le Royaume-Unis et les USA au début des années 1900.

2. Vu que le rapport rendu en 1904 par une commission d'enquête internationale, indépendante, la commission Edmond Janssens, composée principalement de magistrats, basée sur 4 mois d'investigations sur le terrain au Congo et l'audition de centaines de témoins, dont l'audition des congolais mutilés confirme la surexploitation forcée de la main-d'œuvre soit disant indigène qui avait pour résultat le vidage forcé des villages de leur population mâle.

3. Vu le manque coupable d'encadrement des représentants de Leopold II et son désintéressement complet des conditions de travail des congolais, n'ayant en tête que le seul rendement au mépris des droits de l'homme.

4. Vu le génocide commis entre 1884 et 1925 au cours duquel le Congo vit sa population diminuée de moitié soit de plus de 10nmillions de morts.

5. Vu que le Roi Leopold II de Belgique  avait connaissance du génocide en œuvre et qu'il en fut même a l'origine en privilégiant la rentabilité au mépris de tout respect humain.

6. Vu que des 1884, l'Etat belge fut associé a l'entreprise  de Leopold II au Congo qu'il soutint en volant différents textes au parlement.

7. Vu que le Roi, bien conscient de la réalité du génocide perpétré fit en sorte de détruire les documents accablants d'époque avant la fin de son règne.

8. Vu que le système d'exploitation inhumaine intensive et le travail forcé continuèrent a être d'application au sein du Congo-belge.

9. Vu les exactions et les souffrances subies par la population congolaise entre 1884 et 1960, date de l'indépendance du Congo.

Demande au gouvernement fédéral :

1. De reconnaitre le génocide perpétré dans l'Etat indépendant du Congo par le Roi Leopold II et ses représentants entre 1885 et 1908.

2. De condamner le régime du travail forcé mis en place durant cette période par le roi des belges.

3. De reconnaitre les crimes commis par la Belgique durant la colonisation de 80 ans.

4. De présenter des excuses officielles au nom du pays et de la famille royale a tous les congolais qui ont souffert ou ont perdu des proches au cours de cette sombre période;

5. D'abandonner les reflexes néo-colonialistes et d'opter pour une nouvelle collaboration entre nos 2 pays basée sur le respect mutuel et une meilleure éthique et poursuivant l'intérêt des 2 nations et non d'un pays au détriment de l'autre.

Extrait tiré du livre "BEBOUT" de Laurent Louis ex-député fédéral belge.

 

Bienvenu Massamba MP

Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 11:29
Coronavirus: le roi Philippe ne se rendra pas en République démocratique du Congo le 30 juin

Nous vous en parlions il y a 3 jours, il était question d’un éventuel voyage du roi Philippe le 30 juin prochain à Kinshasa à l'occasion du 61e anniversaire de l'indépendance de l'ex-Congo belge et dans le cadre de la restitution des restes de Patrice Lumumba.

Le roi Philippe avait bien l’intention de se rendre à cette occasion en République démocratique du Congo, a expliqué le Palais. Mais les circonstances sanitaires actuelles dans les deux pays et les mesures qui se durcissent pour les déplacements hors Union européenne, le voyage a été reporté d’un commun accord.

Le président congolais Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et le roi Philippe se sont entretenus ce lundi au téléphone à ce sujet.

Par contre, une délégation congolaise est attendue le 21 juin à Bruxelles dans le cadre de la restitution.

Reliques

 

La Belgique s'est engagée à permettre le rapatriement des "reliques" - il ne reste qu'une, voire deux dent(s) - de Patrice Lumumba, assassiné le 17 janvier 1961, dans des circonstances restées obscures mais en présence d'officiels belges.

Ces "reliques" - un doigt et deux dents, selon Guy Patrice Lumumba, le fils cadet de l'ex-Premier ministre - sont aux mains de la justice belge, après avoir été saisies en 2016 chez la fille d'un ex-policier belge, Gérard Soete, qui avait contribué à faire disparaître le corps de Patrice Lumumba après son assassinat à Shilatembo.

La justice belge a autorisé en septembre 2020 la restitution de ces restes à la famille. En décembre dernier, Etienne Tshisekedi avait annoncé le retour des reliques à l'occasion de la fête nationale du 30 juin prochain, avec l'espoir d'une visite du roi Philippe à l'occasion du 61e anniversaire de l'indépendance de l'ex-Congo belge.

 

Un des fils de Patrice Lumumba s'oppose au retour de ses reliques au Congo

Un des fils du premier Premier ministre du Congo Patrice Lumumba s’oppose au retour de ses reliques prévu pour ce 30 juin afin de lui offrir une sépulture digne. Guy Patrice Lumumba dit craindre la récupération politique de Kinshasa. Pour lui, le président congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est intéressé par des gains politiques et institutionnalise "l’achat de consciences". Le fils cadet de l’ex-Premier ministre congolais s’est expliqué lors d’une conférence de presse ce jeudi à Bruxelles. Il a aussi écrit au roi Philipe pour exprimer son refus. Le roi des Belges pourrait se rendre à Kinshasa à l’occasion du 61e anniversaire de l’indépendance de l’ex-Congo belge.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK

"Je m’oppose catégoriquement à ce que les reliques de mon père soient restituées au gouvernement actuel car il y a de la récupération politique", a affirmé Guy Patrice Lumumba au cours de la conférence de presse, assurant parler en son nom propre et en celui de son frère Michel – sur les cinq enfants de la famille. Il ne s'est pas concerté avec les autres enfants. "Mon père ne retournera pas sous son régime (de Tshisekedi), sous son gouvernement", clame Guy Patrice Lumumba.

Guy Patrice Lumumba attend que le gouvernement congolais s'ouvre aux enfants de Patrice Lumumba pour discuter du retour des reliques. "On est exclu", dit-il.

Un doigt, deux dents

Ces "reliques" – un doigt et deux dents de notre père, selon Guy Patrice Lumumba, même si certains doutent de leur authenticité – sont aux mains de la justice belge, après avoir été saisies en 2016 chez la fille d’un ex-policier belge, Gérard Soete, qui avait contribué à faire disparaître le corps de Patrice Lumumba après son assassinat en janvier 1961. La justice belge a autorisé en septembre 2020 la restitution de ces restes à la famille. En décembre dernier, le président a annoncé le retour des reliques de Patrice Lumumba. Pour son fils, le rapatriement de ses restes fait partie de la campagne électorale de Tshisekedi.

Pour Guy Patrice Lumumba, la date de l’événement est malvenue : le 30 juin qui correspond au 61ème anniversaire de l’indépendance du Congo est aussi la date du discours de Patrice Lumumba qui "l’a conduit à la mort", écrit son fils qui souligne de plus que le président Tshiskedi a récompensé en lui offrant une voiture Jonas Mukamba, "l’un des hommes qui a pourtant permis une mort atroce au Premier ministre".

Le fils de Patrice Lumumba regrette aussi la lenteur de traitement de sa plainte déposée en 2011 en Belgique pour éclaircir les circonstances de la mort de son père. Douze personnalités belges sont citées, dont dix sont décédées : "La Belgique a bloqué le dossier", affirme-t-il. "Nous attendons que la vérité éclate. Nous voulons la réconciliation avec la Belgique". Pour lui, le retour des reliques, c'est aussi "enterrer l'affaire". Guy Patrice Lumumba attend un jugement en Belgique et refuse un retour des reliques de son père avant les élections de 2023.

Source RTBF

Diasporanabisomoko

Partager cet article
Repost0
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 18:11

Plusieurs états ex-coloniaux comme l'Allemagne, la France et autres commencent timidement de reconnaitre leurs méfaits lors de la colonisation sanguinaire de leurs colonies africaines. La France l'a fait dernièrement lors de la visite de travail du chef d'état francais EMMANUEL MACRON au Rwanda : "Je viens reconnaître nos responsabilités." Emmanuel Macron a prononcé un discours très attendu, jeudi 27 mai, à l'issue d'une visite au Mémorial du génocide rwandais à Kigali. Le président de la République a affirmé qu'il était du "devoir de la France de regarder l'histoire en face et de reconnaître la part de souffrance qu'elle a imposée au peuple rwandais", vingt-sept ans après le massacre de 800 000 personnes, essentiellement des Tutsi, sous les ordres du gouvernement hutu. Auparavant, le président français a visité le musée retraçant l'histoire du génocide et déposé une gerbe à la mémoire des victimes. 

La nouvelle de la reconnaissance par l’Allemagne du génocide des communautés herero et nama au début du XXe siècle a fait le tour du monde. Pourtant, elle est loin d’apaiser leurs descendants, qui demandent le paiement de véritables “réparations”.

“Nous qualifierons désormais officiellement ces événements pour ce qu’ils sont du point de vue d’aujourd’hui : un génocide.” Plus d’un siècle après l’extermination de plus de 60 000 membres des ethnies herero et nama entre 1904 et 1908, les mots prononcés le 28 mai par le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, ont été qualifiés d’historiques. Ils s’accompagnaient d’une aide financière à la Namibie de plus d’un milliard d’euros, en guise de “geste de reconnaissance des immenses souffrances infligées aux victimes”. Officiellement, la Namibie s’est réjouie de cette avancée, qualifiée de “premier pas dans la bonne direction” par le porte-parole du président namibien, Hage Geingob.

Extermination de la rébellion

Les tribus hereros représentent aujourd’hui environ 7 % de la population namibienne contre 40 % au début du XXe siècle. Privés de leurs terres et de leur bétail, ils s’étaient révoltés en 1904 contre les colons allemands, faisant une centaine de morts parmi ces derniers. Envoyé pour mater la rébellion, le général allemand Lothar von Trotha avait ordonné leur extermination. Les Nama s’étaient soulevés un an plus tard et subirent le même sort.

Au total, au moins 60 000 Herero et environ 10 000 Nama perdirent la vie entre 1904 et 1908. Les forces coloniales allemandes avaient employé des techniques génocidaires : massacres de masse, exil dans le désert, où des milliers d’hommes, femmes et enfants sont morts de soif, et camps de concentration, comme celui tristement célèbre de Shark Island.

Tous les crimes perpetres au Congo - Kinshasa ont ete commis au nom du Roi des Belges. Tromperie, fraude, fourberie, vol, viols, incendie, assassinat, mutilation, razzia, rapports sexuels incestieux forces, crimes contre l'humanite, crimes des masses, genocide sont les seuls intruments politiques de Leopold II, dont il devra repondre un jour a l'autre a la barre d'un tribunal penal colonial. Aujourd'hui; plus que jamais nous nous devons d'oser dire la vérité rien que la vérité concernant la tragédie humaine qui s'evit au Congo-Kinshasa notre pays car certains hauts responsables belges comme Monsieur Louis Michel continue de dissimuler depuis l'an 2001 période du placement au sommet de l'état congolais d'une marionnette; d'un pion en la personne de joseph kabila alias kanambe a la gouverne d'un sous continent qui n'en avait nullement besoin comme le fut a l'époque du Rois Leopold II ou le Congo Kinshasa tout entier était transformé en un camp de concentration; un camp de travail forcé qui permit a la Belgique de s'enrichir sur le sang et la mort a grande échelle des congolais. L'holocauste oubliée et jamais reconnu jusqu'à nos jours par la communauté internationale a savoir la reconnaissance effective du génocide congolais ou plus de 10 millions des congolais sont morts a travers les guerres d'agressions a plusieurs épisodes notamment dans la partie EST du pays remontant ainsi du temps de Leopold II ou plus de 6 millions des congolais sont morts dans les mêmes circonstances mais cette fois-la dans l'indifférence totale de tous parce que la les congolais devraient répondre et payer le prix de l'exploitation de leur pays a travers le pompage ou mieux l'afflux d'extractions de toutes leurs ressources humaines et naturelles de leurs richesses tant du sol que du sous)sol en vue de construire la Belgique qui était vue a l'époque comme leur métropole sanguinaire. Apres la mort de Leopold II; eh bien c'était au tour de la Belgique de pérenniser cette sale besogne d'exploitation illégale et anarchique des richesses du sol et du sous)sol congolais pour le bien d'abord de la Belgique au détriment des bakolomabele et des bakolomboka de manière arbitraire et injustement. Quoi qu'on se le dise; les faits sont la car ils sont palpables mais peu des belges d'aujourd'hui ne voient pas encore ou ne reconnaissent pas encore et continuent de nier toute responsabilité et implication dans la perpétration sanguinaire des crimes odieux commis avant; pendant et après la colonisation du Congo-Kinshasa. Sera-que les congolais d'aujourd'hui n'ont pas le droit ne fus-ce-que d'un grand geste de pardon; d'un mea-culpa ou d'excuse de la part de la Belgique ? Et après que la reconnaissance de ce génocide soit effective; les congolais d'aujourd'hui n'ont -ils pas droit a réparation ou indemnité ? Parce qu'a voir de nos jours; beaucoup se demande si u jour la Belgique pourrait faire demande honorable aux congolais d'aujourd'hui ? car la réparation en soit suppose quoi ? Que les personnes concernées puissent retrouver le sentiment de maitrise de leur vie et établir ou rétablir des nouvelles relations qui pourront être fondées sur le respect; l'égalité; la transparence et la liberté car jusqu'à maintenant c'est le contraire qui se passe. Même en terme d'indemnisation; cela ne constitue pas et ne suffira pas a être considéré comme une forme de réparation en tant que telle. Posons-nous des questions; est-ce-que les Belges d'aujourd'hui voient-ils cela sous ce même angle en terme d'égalité ? C'est-a-dire de traiter d'égale a égale avec les congolais d'aujourd'hui ? Est-ce-que les congolais d'aujourd'hui sont-ils prêts de sortir de cette position ou de cet état de victimisation un jour a l'autre ? Il est urgent qu'on arrête l'effusion de sang ainsi que l'hémorragie de sang des innocents et des victimes d'une justice retardée depuis des lustres par la soidisante communauté internationale car notre pays souffre des affres de la guerre et saigne et donc nous trouvons qu'il est plus que temps de le libérer et de le guérir de l'envoutement dont il est plongé depuis des lustres. Les congolais d'aujourd'hui méritent mieux; notamment avec toutes les ressources naturelles que regorgent leur pays; en vertu de la déclaration sur les droits des peuples autochtones adoptée en septembre 2007 qui dispose de ce qui suit : Les peuples autochtones doivent disposer des véritables moyens ou arsenaux de contrôle sur leur existence; de préserver leurs spécificités et identités culturelles; de vivre a l'abri ou a l'éloignement des discriminations et des menaces de génocide et d'avoir un accès protégé aux terres mabele et aux ressources naturelles qui du reste sont essentielles pour leur bien-être et leur survie. Placer les perspectives économiques avant l'avenir des pays et de leur population est une abomination ou une aberration totale. Le système économique actuel du 21 siècle est inégal et inadéquat dans le sens ou il cherche toujours a enrichir certaines personnes riches en vue d'en appauvrir un grand nombre notamment la classe ouvrière ou moyenne, d'où la nécessité d'une seconde indépendance économique des peuples du monde de disposer de leurs richesses tant du sol que du sous-sol pour qu'il y ait équilibre et stabilité économique pour tous.

AFFAIRE PASSE COLONIAL BELGE : BIENVENU MASSAMBA MP CONSEILLE LES AUTORITES BELGES DE CONSIDERER LA PROPOSITION DE L'EX-DEPUTE FEDERAL BELGE LAURENT LOUIS

Nous sommes ici aujourd'hui pour oser dire la verite, cette verite que la Belgique dissimule depuis des longues annees, cette verite qui est que sous Leopold II, le Congo Kinshasa tout entier était un camp de concentration, un camp de travail forcee qui permit a la famille royale belge mais aussi a la Belgique de s'enrichir sur le sang et la mort des congolais. Jamais sans le congo-kinshasa la Belgique  ne serait devenue une grande puissance mondiale. Jamais sans le congo le Belgique n'aurait pu se developper comme elle l'a fait. Dans tous les magnifiques bâtiments de Bruxelles, c'est le sang des congolais qui coule !

La fortune de la famille saxe cobourg, la famille royale belge, a été en majeure partie constituee sur le pillage a grande echelle du congo Kinshasa et l'exploitation des congolais. Ce n'est pas un crime de l'affirmer, c'est une verite a retabblir !

Et meme si cette verite a souvent été cachee, je n'ai pas peur d'affirmer que c'est également la Belgique qui, soutenu par les USA dans le annees 60, a cree le sida au congo-kinshasa en utilisant les congolais comme des cobayes pour des expériences menees sur le vaccin de la polio, bref nous sommes laa pour demander a la Belgique de reconnaitre ses crimes, pour demander a la communaute internationale de reconnaitre la souffrance du peuple congolais. Presque tous le jours, nous commémorons la Shoas. Il ne se passe pas une semaine sans qu'on parle dans les medias ou la television du calvaire des juifs. La Shoas, c'est 6 millions de morts. C'est l'horreur bien entendu, c'est un crime horrible mais la colonisation belge au congo, c'est plus de 10 millions de morts. Et je ne compte pas les victimes du sida, d'Ebola ou des femmes viollees. 10 millions de morts ! Et pas une ligne dans les manuels d'histoire de nos enfants ! pas un mot !

Les congolais ont-ils moins de valeurs que les juifs ? Non, ils méritent donc d'etre respectees comme eux. Les congolais méritent de voir leur souffrance passee reconnue. Et je l'ai dit, la Belgique doit presenter des excuses formelles et fermes pour les crimes commis au congo-kinshasa, c'est un devoir moral ! Un devoir que le Roi Philippe se doit d'executer car lui seul est mesure de sexcuser au nom du peuple belge et de sa famille !

Mes amis, nous sommes présents ce 26 novembre 2013 pour exiger des excuses mais plus que des mots, ce sont des actions que nous voulons. Nous exigeons que les crimes contre l'humanite auxquels la Belgique participe toujours au Congo-Kinshasa cessent !

Nous commémorons certes les victimes passees mais nous nous mobilisons surtout pour les victimes actuelles, ces victimes du genocide commis a l'est du pays ces dernieres annees, ces femmes victimes de viols horribles mais aussi les victimes de l'immobilisme et de la mauvaise gouvernance du president congolais actuel, marionnette des intérêts financiers et des multinationales occidentales qui dirigent ce "monde du fric a tout prix" !

Pour changer cette realite, il faut changer de politique. Sans un veritable changement au niveau des dirigeants politiques occidentaux, jamais je vous dis bien jamais, le congo-kinshasa ne disposera d'une relle independance. Les pouvoirs en place ont bien trop interet a poursuivre l'exploitation du congo-kinshasa. Les congolais ouu qu'ils se trouvent dans le monde ont donc une mission importante et cruciale a savoir : participer aux changements politiques dans leur pays d'adoption ou d'origine afin de changer le sort du congo-kinshasa.

A la chambre des représentants :

1. vu les nombreux témoignages établissant l'exploitation indigne et les mauvais traitements dont était victime la population congolaise, y compris l'esclavage, la malnutrition, et les mutilations confère affaire des mains coupées avec photos a l'appui; en particulier dans l'industrie du caoutchouc, qui menèrent a un mouvement international de protestation mené par le Royaume-Unis et les USA au début des années 1900.

2. Vu que le rapport rendu en 1904 par une commission d'enquête internationale, indépendante, la commission Edmond Janssens, composée principalement de magistrats, basée sur 4 mois d'investigations sur le terrain au Congo et l'audition de centaines de témoins, dont l'audition des congolais mutilés confirme la surexploitation forcée de la main-d'œuvre soit disant indigène qui avait pour résultat le vidage forcé des villages de leur population mâle.

3. Vu le manque coupable d'encadrement des représentants de Leopold II et son désintéressement complet des conditions de travail des congolais, n'ayant en tête que le seul rendement au mépris des droits de l'homme.

4. Vu le génocide commis entre 1884 et 1925 au cours duquel le Congo vit sa population diminuée de moitié soit de plus de 10nmillions de morts.

5. Vu que le Roi Leopold II de Belgique  avait connaissance du génocide en œuvre et qu'il en fut même a l'origine en privilégiant la rentabilité au mépris de tout respect humain.

6. Vu que des 1884, l'Etat belge fut associé a l'entreprise  de Leopold II au Congo qu'il soutint en volant différents textes au parlement.

7. Vu que le Roi, bien conscient de la réalité du génocide perpétré fit en sorte de détruire les documents accablants d'époque avant la fin de son règne.

8. Vu que le système d'exploitation inhumaine intensive et le travail forcé continuèrent a être d'application au sein du Congo-belge.

9. Vu les exactions et les souffrances subies par la population congolaise entre 1884 et 1960, date de l'indépendance du Congo.

Demande au gouvernement fédéral :

1. De reconnaitre le génocide perpétré dans l'Etat indépendant du Congo par le Roi Leopold II et ses représentants entre 1885 et 1908.

2. De condamner le régime du travail forcé mis en place durant cette période par le roi des belges.

3. De reconnaitre les crimes commis par la Belgique durant la colonisation de 80 ans.

4. De présenter des excuses officielles au nom du pays et de la famille royale a tous les congolais qui ont souffert ou ont perdu des proches au cours de cette sombre période;

5. D'abandonner les reflexes néo-colonialistes et d'opter pour une nouvelle collaboration entre nos 2 pays basée sur le respect mutuel et une meilleure éthique et poursuivant l'intérêt des 2 nations et non d'un pays au détriment de l'autre.

Extrait tiré du livre "BEBOUT" de Laurent Louis ex-député fédéral belge.

 

Bienvenu Massamba MP

Partager cet article
Repost0
31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 10:56
BELGIQUE : Un C-130 belge dès mardi pour l'aide aux déplacés et sinistres de Goma !

L'avion effectuera un vol Kinshasa-Goma avec du matériel humanitaire de l'organisation non gouvernementale Caritas International

 

BRUXELLES La Belgique va engager dès mardi un de ses avions de transport C-130 "Hercules" pour l'acheminement d'aide aux déplacés de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé lundi le ministre de la Coopération au développement, Charles Michel, qui compte se rendre en fin de semaine dans la région.

La décision d'utiliser un C-130 actuellement stationné à l'aéroport de Kinshasa-N'Djili a été prise dimanche par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Karel De Gucht (Open Vld) et Pieter De Crem (CD&V), en concertation avec le Premier ministre Yves Leterme (CD&V).

La première rotation aura lieu mardi, a indiqué M. Michel (MR) à l'agence BELGA.
L'avion effectuera un vol Kinshasa-Goma avec du matériel humanitaire de l'organisation non gouvernementale Caritas International, a précisé le ministre.
Les Affaires étrangères ont pour leur part indiqué qu'il s'agit plus généralement d'acheminer de l'aide humanitaire vers Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu (est), d'où elle sera distribuée aux déplacés par le biais du Bureau de coordination de l'aide humanitaire des Nations Unies (OCHA).
L'est de la RDC est le théâtre depuis fin août d'un conflit entre l'armée congolaise et la rébellion du Congrès national pour la Défense du Peuple (CNDP) du général tutsi Laurent Nkunda.

Les rebelles sont arrivés mercredi aux portes de Goma, et ont depuis décrété un cessez-le-feu unilatéral, qui semble respecté jusqu'à présent.
Les combats ont jeté sur les routes des dizaines de milliers de personnes, forcées de vivre dans une situation sanitaire très précaire et qui manquent d'eau, de nourriture et d'accès aux soins de première nécessité.
Un convoi humanitaire de l'ONU et d'ONG est arrivé lundi sans encombre à Rutshuru, située à 75 km au nord de Goma, en zone rebelle, où devrait être distribuée la première aide depuis une semaine.

M. Michel a par ailleurs annoncé qu'il comptait se rendre dans l'est du Congo en fin de semaine, à la faveur d'une visite prévue en Ouganda pour négocier un nouveau Programme indicatif de coopération (PIC) belgo-ougandais. Il compte se rendre de Kampala à Goma "vendredi ou samedi", a-t-il dit.

Le ministre a enfin obtenu l'assurance du secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, dont le pays préside l'Union européenne au second semestre, que la RDC figurera bien à l'ordre du conseil des ministres européens qui se tiendra lundi et mardi prochains à Bruxelles.
Cette réunion devrait permettre de voir "comment les Européens peuvent se concerter" pour fournir de l'aide humanitaire à la RDC en fonction des besoins exprimés par les organisations internationales présentes sur le terrain, a souligné M. Michel.

Selon lui, cette assistance devrait être principalement alimentaire - la Belgique étant prête à accroître ses efforts au-delà du montant de 1,5 million d'euros - et médicale, alors qu'une soixantaine de cas de choléra ont déjà été constatés parmi les dizaines de milliers de déplacés dans le Nord-Kivu.

© La Dernière Heure 2008

Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 10:18
BIENVENU MASSAMBA MP CONDAMNE L'AGRESSION DE L'ARTISTE MUSICIEN CELEZINO ET MOBILISE LA DIASPORA CONGOLAISE POUR LA LIBERATION DE BOKETSHU WAYAMBO INCARCERE A PARIS !BIENVENU MASSAMBA MP CONDAMNE L'AGRESSION DE L'ARTISTE MUSICIEN CELEZINO ET MOBILISE LA DIASPORA CONGOLAISE POUR LA LIBERATION DE BOKETSHU WAYAMBO INCARCERE A PARIS !

 

Très chers amis et connaissances, compatriotes congolais zaïrois d'origine, je suis très fâché contre ceux et celles qui se sont insurgés et ont tabassés lourdement l'artiste Celezino qui se retrouve hospitalisé actuellement a Paris. Je m'en vais vous dire que derrière l'arrestation arbitraire de notre frère Boketshu wayambo a paris en marge de la conférence sur les économies africaines sous l'égide du président francais Emmanuel macron, c'est l'obscurantisme c'est-a-dire la négation ou l'opposition a la diffusion de l'instruction a la propagation de la culture et du progrès et dans le cas de figure de Boketshu wayambo, on veut tout simplement l'étouffer, le bloquer si pas l'empêcher de ne plus propager la véracité sur Kimbangu ainsi que le combat de l'homme noir un peu partout a travers le monde entier; Au jour d'aujourd'hui toutes les religions sont devenues universelles a l'instar du Bouddhisme, le christianisme, protestantisme, l'orthodoxissime, etc...etc... mais maintenant pourquoi pas le kimbanguisme en occurrence ? Si c'est pas le cas, c'est l'obscurité ou le syncrétisme c'est -a- dire le mélange d'influences signifiant union des crétois, des gens remplis de culture de mensonge a grande échelle mondialement parlant. Alors qu'il se bat pour la liberation de son pays d'origine face a la domination hégémonique occidentale par l'entremise du petit Rwanda a travers son président Paul kagame qui est instrumentalisé par une frange des pays occidentaux en vue de poursuivre leur sale besogne de destruction totale ou partielle de la région des grands lacs a travers les pillages a grande échelle des ressources naturelles de la richissime province du Kivu. Regardez très bien très chers amis et connaissances ici il s'agit et il s'agira toujours de la négation du congolite donc kibozairois na biso, c'est-a-dire awa elingi koloba ke balingi bawangana bino, existence na bino, voire même histoire na bino na mokili oyo. Pour notre cas en tant que congolais zairois d'origine; on voudrait nier, réfuter notre génocide, les crimes commis sur le sol congolais depuis l'époque coloniale, léopoldienne jusqu'à nos jours. C'est ca le négationnisme c'est-a-dire le déni de faits historiques malgré la présence des preuves flagrantes rapportées par les historiens, les onusiens et ce a des fins racistes ou politiques. Bref on voudrait nier notre existence hors tout peuple a droit a l'existence comme le stipule la charte des peuples dans son article 20 en ce sens :

1. Tout peuple a droit à l'existence. Tout peuple a un droit imprescriptible et inaliénable à l'autodétermination. ll détermine librement son statut politique et assure son développement économique et social selon la voie qu'il a librement choisie.  2. Les peuples colonisés ou opprimés ont le droit de se libérer de leur état de domination en recourant à tous moyens reconnus par la Communauté internationale.  3. Tous les peuples ont droit à l'assistance des Etats parties à la présente Charte, dans leur lutte de libération contre la domination étrangère, qu'elle soit d'ordre politique, économique ou culturel. 

ARTICLE 13

Les ressortissants congolais résidant a l'étranger doivent peser de tout leur poids afin de changer radicalement la persuasion ou la mentalité de l'histoire écrite par les colonisateurs notamment celle de la contrefaçon religieuse pour la ramener a la vraie spiritualité noire Bantous originale en récrivant des nouveaux livres décrivant réellement la vraie histoire du peuple noir.

ARTICLE 14

Les ressortissants congolais vivant a l'étranger doivent défendre a tout prix une nouvelle politique évangélique de "l'empecheologie" c'est-a-dire l'art de combattre les impérialistes, les occupants ainsi que leur marionnette de pouvoir continuer a pérenniser leur sale besogne de destruction totale ou partielle du peuple africain et mettre en détour toute tentative sombre, machiavélique et hégémonique visant a remettre en cause l'émancipation, l'émergence, la croissance et le developpement du continent africain tout entier.

ARTICLE 15

Les ressortissants congolais vivant a l'étranger ont l'obligation de formaliser une farouche résistance contre tout individu ou groupe d'individu qui essaie de prendre le pouvoir et de s'y maintenir par la force tendant a l'exercer en violation de la disposition constitutionnelle en vigueur au pays d'origine en menant des campagnes de désobéissance civiles et de soulèvement populaire y compris de ville morte pour libérer le peuple congolais en état d'otage perpétuel force.

 

 

Bref, il s'agit aussi de l'éveil spirituel et patriotique en même temps, donc notre ami ici veut tout simplement dénoncer l'occupation première qui est une drogue, l'opium qui endort notre peuple, l'occupation spirituelle avec différentes églises  qui naissent comme des champignons afin d'aveugler, d'étouffer, d'envouter notre peuple a perpétuité pour qu'il ne s'éveille guerre ou jamais du tout. Soyons vigilants et sobres car la lutte sera ardue, longue et populaire qui va et ira au dela d'individualite de tout un chacun.

 

BIENVENU  MASSAMBA MP

Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 07:47
PAUL KAGAME PION ET MARIONNETTE DES OCCIDENTAUX NEGATIONNISTE DES CRIMES ENVERS LES AFRICAINS ET LEUR CONTINENT

Ainsi est l'occident, dans le déni continuel et constant de ses crimes envers d'autres peuples. Cela dure depuis des siècles. L'occident a perdu et continue de perdre  sa propre conscience.

Le conflit sanglant qui endeuille le territoire de Minembwe depuis plus de 20 ans tire son origine du non-respect par des réfugiés tutsi-rwandais des recommandations du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) qui les avait installé en 1959 sur les sites de LEMERA, MULENGE et KATOBO, et leur avait fermement demandé de respecter strictement leurs statuts de réfugiés en s’abstenant de toute activité politique sur le territoire du pays d’accueil, le Congo;   2. Cette tension sociale s’est aggravée à partir du moment où les réfugiés rwandais ont entrepris, à partir des années 1970-1980, des manœuvres sordides et frauduleuses, non seulement pour s’octroyer illégalement la nationalité congolaise, mais aussi pour s’accaparer des territoires congolais et proclamer leur Etat indépendant, là-même où l’ONU les avaient placés comme réfugiés; 
 
3. Cette tension sociale entre les réfugiés rwandais autoproclamés «Banyamulenge» et les communautés congolaises autochtones a été attisée et instrumentalisée à dessein par le Président rwandais Paul Kagamé à partir des années 1994-1997 pour lui servir de prétexte à une guerre coalisée, conçue et planifiée de longues dates pour envahir la République Démocratique du  Congo, avec le concours des puissances alliées et complices occidentales et africaines; 
 
4. La création du Territoire de Minembwe, décidée par Paul Kagamé  à Kigali le 04 janvier 200415, répond ainsi au besoin de son plan secret qui vise à offrir un territoire aux « Rwandais du Congo ». Et pour ce faire, le président rwandais a besoin de Minembwe comme une base sociologique et démographique qui doit lui servir de point de départ de l’expansion de la conquête des territoires congolais plus larges, et qui constitueraient à terme un «TutsiLand», à la suite d’un référendum sous l’égide de l’ONU;  
 
5. Pour atteindre ces objectifs, l’armée Rwandaise procède depuis deux décennies à massacrer et à chasser des millions des  populations congolaises de leurs terres ancestrales. Elle procède aux viols massifs et sauvages des femmes congolaises de tout âge, en commençant par les bébés de quelques semaines. Ses militaires violeurs prennent soin de détruire les organes génitaux de leurs victimes congolaises pour les rendre stériles ! Et au même moment, de l’autre côté, le Rwanda déverse par dizaines de milliers sur les territoires congolais vidés de leurs habitants, des populations rwandaises avec bétails !  
 
15 Cette révélation a été faite dans la lettre de Théo Mugaza Ruseruka adressée à Azarias Ruberwa le 20 Février 2004. Voir Annexe n°3   
Vérité sur la guerre de Minembwe 
 Toute ces pratiques barbares en cours depuis plus de vingt ans aujourd’hui, visent à renverser l’équilibre démographique dans cette partie Est de la RDC en faveur des populations rwandaises pour faciliter demain la revendication de l’organisation d’un référendum pour l’autodétermination des territoires occupés par des populations rwandaises. Cette intention est déjà clairement exprimée dans leur lettre du 20 août 1980 adressée au SG de l’ONU16. 
 
6. Les massacres ciblés des nombreux chefs coutumiers congolais par les militaires rwandais ont pour objectif de permettre aux autorités politiques et administratives rwandaises qui dirigent la majorité des institutions en République Démocratique du Congo d’imposer arbitrairement et frauduleusement des chefs coutumiers rwandais à leur place. Le cas le plus flagrant est celui de la dernière nomination du nouveau chef coutumier du nouveau territoire de Minembwe : monsieur Raphaël Mbabazi Mwanya, nommé par son grand-frère, Azarias Ruberwa, alors ministre d’État et de la Décentralisation et Réformes institutionnelles!   
 
B. L’APARECO dénonce : 
 
1. L’imposture au sujet du néologisme «Banyamulenge» inventé par les réfugiés tutsi-rwandais pour s’attribuer frauduleusement le statut d’ethnie congolaise qui ne remplit pas les 3 critères administratifs requis à cet effet.     2. L’instrumentalisation par Paul Kagamé et son armée de la présence des réfugiés tutsis et hutus rwandais en République Démocratique du Congo pour accomplir leur rêve expansionniste d’occupation, de balkanisation et d’annexion de la partie-Est du territoire congolais au Rwanda. 
 
3. Le plan sanguinaire de Paul Kagame et son armée qui vise à exterminer les populations congolaises du Nord et du Sud Kivu ainsi que leurs chefs coutumiers, et de les remplacer par des populations originaires du Rwanda en vue de réclamer l’autodétermination des territoires congolais où ils ont été installés par l’ONU en 1959 comme « réfugiés rwandais » ! 
 
4. Le recours par Paul Kagamé à la stratégie vicieuse de victimisation pour camoufler les nombreux crimes de guerre et crimes contre l’humanité que lui-même et son armée continuent de commettre en RDC. Et pour ce faire, il se livre à une vaste campagne de mensonge pour transformer ses victimes en bourreaux.        5. La décision de Paul Kagamé, « Joseph Kabila » et Azarias Ruberwa d’imposer la création du Territoire de Minembwe contre toutes les normes. 
 

L’idée de la balkanisation de la RDC n’est pas neuve. Elle est en gestation depuis des années dans les officines des superpuissances qui planchent sur le meilleur moyen d’avoir accès aux ressources naturelles de la RDC.

 

Elle revient à la Une de l’actualité suite aux événements récents à Beni où la présence des Casques Bleus de l’Onu a été mise en question par des manifestations appelant leur départ vu leur inaction face à la montée de l’insécurité dans cette région.

 

Le 30 décembre 2019, en séjour dans la ville de Butembo, le cardinal de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, a déclaré à la presse que la menace de balkanisation de la République Démocratique du Congo était bien réelle.

 

Le 4 janvier 2020, les FARDC ont emboîté le pas au prélat. Dans un communiqué signé par le porte-parole de l’armée, le général major Léon-Richard Kasonga, elles  ont appelé la population à la vigilance pour faire échec au projet de balkanisation de la partie Est du territoire national.

 

La balkanisation du Congo, un projet pluriannuel 

 

Les observateurs ont encore en mémoire que  le général rwandais James Kabarebe fut chef d’Etat-major de l’armée congolaise en 1997. Il a fallu à Laurent Kabila un sursaut de nationalisme pour se débarrasser de ce conquérant des temps modernes. En 1998, Kabarebe lance une attaque et occupe la localité de Kitona, au Bas-Congo, l’objectif étant de mettre Kinshasa à genoux en détruisant le barrage d’Inga et ainsi plonger la capitale congolaise dans le noir. Il fut stoppé par les armées zimbabwéennes et angolaises venues à la rescousse de Laurent Kabila. Le Rwanda et ses parrains concepteurs du projet ont rectifié le tir. La formule est connue : saucissonner la difficulté en morcelant l’immense territoire congolais. Les efforts furent  concentrés sur l’Est de la RDC. Depuis lors, les officiers rwandais occupent cette région sans discontinuer jusqu’aujourd’hui : le nord Kivu et sa capitale Goma furent mis à feu et à sang par Laurent Nkunda du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple) entre 2003 et 2009 ;


Lecture recommandée : Chales Onana, Ces tueurs tutsi au cœur de la tragédie congolaise, Paris, Editions Duboiris, 2009.


au Sud-Kivu, Jules Mutebusei occupa Bukavu en 2004 ; Bosco Ntaganda fit la loi en Ituri et étendit son influence au Nord-Kivu entre 2002 et 2013 ; Sultan Makenga  fonda le M23 (2012-2013) et remplaça Laurent Nkunda exfiltré au Rwanda. La présence de militaires rwandais à l’Est de la RDC a été une constante depuis bientôt deux décennies. Actuellement, selon plusieurs sources, l’armée rwandaises a déversé des bataillons entiers à l’Est de la RDC sous le commandement des généraux Eugène Nkubito et Vincent Gatama. Le succès qu’ils ont engrangés dans le massacre de réfugiés hutu tout au long du mois de novembre 2019  dans la région de Kalehe montre que cette armée opère sur un territoire déjà conquis. C’est tellement flagrant que des soldats rwandais au sol ont été appuyés par des hélicoptères de combat.

 

« Balkanisation de la RDC » : un projet « Made in USA »

 

Dans la foulée des deux guerres du Congo (1996-1998), un pan de ce plan d’ invasion a été  dévoilé par des éminences grises américaines.

Dans un rapport célèbre publié le 05/6/1996 par Steven Metz, professeur à L'U.S Army War College et intitulé « Reform, conflict and security in Zaire », il y transparaît que la partition de la RD-Congo est, à la longue, inévitable. Pour ce chercheur, « au cas où une telle ‘‘désintégration’’ du pays se produirait, les Etats-Unis n’auraient pratiquement pas d’autre choix que d’accepter tous les Etats nouveaux qui émergeraient du Zaïre. Ils pourraient offrir du soutien diplomatique pour réduire au minimum la violence qui accompagnerait cette désintégration nationale et ils devraient ouvrir des canaux de communication avec les nouveaux Etats ». Pour Steven Metz, au lieu d’assister à la faillite de l’Etat central embourbé dans l’impasse et la corruption, incapable de se réformer, autant soutenir une province séparatiste clairement attaché à la démocratie.

Le 08 juin 1999, Marina Ottaway, co-directrice du projet :

"Démocratie et Etat de Droit », fit un témoignage devant la sous-commission de l’Afrique du Sénat américain, 

lequel elle évoque, elle aussi,  la partition éventuelle de certains Etats africains, dont le Congo  : « Aussi longtemps que le vide du pouvoir continue au Congo, d’autres pays vont continuer à intervenir directement pour soutenir des insurrections armées et sauvegarder leurs propres intérêts. […] Toute solution imposée par des non Africains exigera une présence étrangère massive pour être appliquée. Les intentions peuvent être louables, mais des interventions pour une partition du territoire africain et pour la création de nouvelles entités politiques et institutions, placeraient les Etats-Unis et d’autres puissances étrangères dans un rôle colonial. Ce qui n’est pas une décision à prendre à la légère. L’alternative, que je crois être plus appropriée pour le moment, est de laisser les pays africains trouver leurs propres solutions. Inévitablement, cela comprendra une continuation des combats internes et entre Etats et probablement la division de certains pays avant d’arriver à une nouvelle stabilité. Ce n’est pas une perspective réjouissante, mais il n’y a pas d’alternatives réalistes ».

 

Le 18 mars 2009, deux sommités, Jeffrey Herbst et Greg Mills, ont publié, dans le magazine « Foreign Policy » sous la rubrique de « Failed States » (des Etats en faillite), un article au titre bien évocateur : «There is No Congo » (le Congo n’existe pas) . Après une bonne démonstration, ils en arrivent à la conclusion que « le concept même d’un État congolais a perdu son utilité »

Le 11 février 2013, dans une intervention devant le Brookings Institute de Washington, le Sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines, Johnnie Carson, s’est lâché et a clairement indiqué que la solution pour ramener la paix en RDC devra emprunter les schémas de l’ex-Yougoslavie ou du Soudan, voulant dire par là que la balkanisation de ce pays était un passage obligé.

 

L’Ambassadeur Johnnie Carson sait de quoi il parle. En effet il fut, de 1991 à 1994, ambassadeur des Etats-Unis à Kampala et à ce titre, il a accompagné la consolidation du pouvoir de Yoweri Museveni en Ouganda, l’invasion du Rwanda par les éléments tutsi de l’armée ougandaise et finalement la conquête totale du Rwanda par ceux-ci en 1994. Il a non seulement couvert cette violation flagrante de la paix internationale par un état membre de l’ONU mais a appelé également son gouvernement à soutenir cette conquête. Il n’a pas quitté la région puisque de 1999 à 2003, il était ambassadeur au Kenya, d’où il pilotait les invasions successives de la RDC et la poursuite de la partition du Soudan. L’on se souviendra que Yoweri Museveni avait, dans son cahier de charge en conquérant l’Ouganda, l’obligation de tout faire pour détacher le Sud-Soudan du reste du pays. Il s’y est employé de toutes ses forces sous la supervision des USA en soutenant John Garang qui hélas !  mourra avant la réalisation de ce « rêve américain ». Ce sera chose faite en 2011. Les troupes rwandaises y sont déployées en force. Et pour cause !

 

Museveni ayant accompli sa tâche, il incombe désormais à Kagame d’accomplir la sienne, à savoir favoriser la sécession des provinces du Kivu de la RDC. C’est ce qui est en train de se réaliser mais que l’ambassadeur Johnnie Carson tenait à rappeler devant le Brookings Insitute, avant de quitter ses fonctions.

The Brookings Institution : la boîte à idées des démocrates

 

C’est devant The Brookings Institution que Johnnie Carson est allé présenter son plan de sortie de crise en RDC. Hasard ou coïncidence ? La très célèbre think tank (boite à idées) américaine est le creuset de toutes les théories montées dans les milieux universitaires et politiques des Etats-Unis, pour soutenir ou laisser tomber un pays dans le monde. Le clan Clinton y a fait ses premiers pas.

 

Illustration. C’est au sein de The Brookings Institution qu’il a été conçu l’idée selon laquelle la gouvernance et le respect des droits humains sont absents dans plusieurs pays africains qui se distinguent par leur étendue géographique et la densité démographique de leurs populations. Pour cette institution proche du parti démocrate, plus un pays est grand, plus il est difficile à gouverner. D’où, la conviction que seuls les petits Etats en Afrique peuvent être bien gouvernés.

 

Prenant le cas de la RDC, The Brookings Institution soutient que l’immensité de son territoire serait à la base des problèmes de gouvernance et autres conflits politiques qui secouent le pays. La solution, selon cette boite à idées, consisterait à le morceler en de petits Etats faciles à gouverner.

Paul Kagame, chef de projet « Balkanisatisation du Congo »

 

Qu’on le veuille ou non, Paul Kagame est en train d’être utilisé pour favoriser l’éclatement du Congo car selon les « cerveaux de Washington », la géante RDC tel qu’elle se présente actuellement, est ingouvernable et surtout pas par des « africains ordinaires ». Tout comme les USA ont réussi à morceler le Soudan par Yoweri Museveni interposé, ils comptent faire de même en utilisant Paul Kagamé du Rwanda.

 

Les Congolais devraient déjà penser à comment gérer cet après-éclatement au lieu de se perdre dans des conjectures stériles car on l’a constaté, les desseins de « l’Uncle Sam » se réalisent même à long terme.

 

Politiquement, Paul Kagame a encore de beaux jours au pouvoir car en tant que chef de projet « Balkanisation de la RDC », les pays anglo-saxons continueront de le soutenir pour qu’il reste place. C’est dans ce cadre que les grandes puissances ont fermé les yeux quand il a changé la constitution de telle sorte qu’il reste au pouvoir jusqu’en 2034, pour se donner suffisamment de temps pour mener à terme ce projet.

 

 

TRES CHERS COMPATRIOTES CONGOLAIS,

Toutes les opérations de mixage, brassage, et autres conciliabules n'étaient en effet que des perfidies pour faire rentrer l'armée rwandaise et autres à occuper le Congo, à faire main basse sur ses richesses et in fine, concrétiser la balkanisation du Congo. D'autre part, les populations congolaises subissent tous les jours des massacres, assassinats exactions et des humiliations de toute sorte, sans une assistance de nulle part. Vous le savez certainement très bien maintenant que l'AFDL, le RDC/GOMA, le PPRD, le CNDP, le M23 ADF/NALU, FDRL sont tous des groupuscules crées par le Rwanda, et l'Ouganda, et dont les multinationales se servent pour voler et piller les richesses de notre pays. Compte tenu de ce qui précède, vous devez vous sentir fondés dans votre conviction de la nécessité d'agir pour recouvrer l'intégrité territoire et la souveraineté de la RDC.

Pour ce faire, Nous, membres de Zaïre-Renaissance suggérons qu'il soit mis en place des comités de résistance populaire dans toute l'étendue de notre pays, Afin de lutter contre toutes les formes d'oppression et d'exploitation imposées par l'ennemi, de l'extérieur et de l'intérieur, en développant la lutte contre les occupants avec tous les moyens en leur possession. Chers Compatriotes, si vous lisez le livre de Rosa Amélia PLUMELLE - URIBE : "LA FEROCITE BLANCHE" vous comprendrez de quel état d'esprit furent et sont encore animés les instigateurs occidentaux qui conçoivent dans leurs officines l'implosion et la disparition de notre pays. RDC : Appel à la mobilisation et à la resistance : l'empecheologie oblige. Aujourd'hui, les mêmes crimes et atrocités se perpétuent depuis la déportation des noirs en Amérique, l'extermination des indiens d'Amérique, crimes horribles de la 2ème guerre mondiale ....Nous constatons toujours que ce sont les mêmes qui sont animés de cet esprit pour détruire. Depuis plus de 600 ans, les occidentaux ont l'art du crime, de l'extermination des peuples, du pillage des ressources naturelles, de l'esclavage, pour leur enrichissement, l'art de la domination des peuples : On le voit en Afghanistan, en Irak, en Libye etc... La destruction de millions d'hommes et de femmes africains lors de la traite des noirs et la négation de leur humanité accompagnée de l'institutionnalisation de la barbarie, n'est jamais entrée dans la mémoire occidentale. Leur complexe de supériorité les ont poussé à détruire les populations, les déposséder de leurs terres, les exterminer et par la suite ils se revêtent de remords et reviennent en pompier avant d'avoir été pyromane, quelle dichotomie !! Les crimes du roi Léopold II de Belgique nous en disent long, les crimes des conquistadors espagnols, le massacre des aborigènes en Australie par les Anglais... tous ces crimes sont demeurés impunis. A ce jour, ils continuent de les perpétrer au Congo. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil !! Les impérialistes tuent, pillent, violent, exterminent et personne ne dit mot : c'est le silence total, il ne faut pas en parler... Durant la seconde guerre mondiale l'occident s'était rallié à la France pour combattre les nazis, arrêter l'holocauste ; pourquoi maintenant ce même Occident fait pire que les nazis en RDC ???

Peuple Congolais, ouvrez les yeux et, pour mettre fin à ce génocide, à la balkanisation de notre pays et dénoncez-les aux autres peuples du monde et à vos enfants quelques soient leurs âges et dites leurs que ce que font les Anglo-saxons au Congo par l'intermédiaire du Rwanda, l'Ouganda, le Burundi avec les bandes créées de toutes pièces, ils sont en train de perpétuer les pratiques éhontées du Ku Klux Klan et de la Loi de Lynch pratiquée au 19e Siècle aux Etats-Unis, ou les blancs s'autoriser de pendre les noirs tout simplement parce qu'ils étaient noirs ? Nous ne le dirons jamais assez, nous le répétons encore : Plus Jamais ça !!! Nous exigeons le Nuremberg pour le Congo : le Tribunal pour tous les crimes perpétrés en RDC et crier comme les autres : " Plus Jamais ça !!" RDC : Appel à la mobilisation et à la resistance : l'empecheologie oblige. Trop c'est trop, il est temps que les congolais se lèvent, dressent leur front longtemps courbé et cessent la collaboration avec l'ennemi qui massacre, tue, vole, pille et détruit. Comme vous le voyez, les méthodes qu'utilisent actuellement les impérialistes américains et britanniques ne diffèrent en rien avec les méthodes nazis : en 16 ans, le bilan est de plus 8 millions de morts ceci en vue de dépeupler cette région et d'y installer les populations tutsi-rwandaises pour faire de cette province une républiquette TRES CHERS COMPATRIOTES CONGOLAIS, Le but que nous poursuivons tous, c'est de devoir libérer notre pays et de mettre en place un gouvernement responsable qui devra exfiltrer tous les étrangers dans les institutions suivantes : a) au sein de l'Armée et ce dans toute l'étendue de la République; b) au sein de la Police et ce dans toute l'étendue de la République; c) au sein des services de sécurité: ANR, CNS, Services Extérieures et ce dans toute l'étendue de la République; d) au sein des Services de Migrations et ce dans toute l'étendue de la République; e) au sein des Entreprises Publiques, à savoir annulation de toutes les nominations fantaisistes des mandataires publique et ce dans toute l'étendue de la République; f) au sein de la diplomatie avec le rappel de tous les Ambassadeurs et Chefs de Missions diplomatiques; g) Le rappel de tous les autres diplomates "assimilés" issus de la présidence et autres services de sécurités; h) Le rappel de tous les diplomates reconnus comme étant d'origine étrangère et de ceux qui seront reconnus coupables d'avoir été d'intelligence avec une ou plusieurs puissances étrangères; Ce nouveau gouvernement devra annuler toutes les lois d'amnistie fantaisistes votées par le Parlement. Et dans la foulée, il devra mettre sur pied un Tribunal Pénal pour juger tous les crimes commis en République Démocratique du Congo.

Bienvenu Massamba MP

Partager cet article
Repost0
19 mai 2021 3 19 /05 /mai /2021 08:13
BIENVENU MASSAMBA MP EXIGE AU PEUPLE CONGOLAIS ZAIROIS D'ORIGINE DE SE CONSTITUER EN PARTIE CIVILE AFIN DE PORTER PLAINTE CONTRE PAUL KAGAME POUR PROPOS NEGATIONNISTE DU GENOCIDE CONGOLAIS

Nous souffrons d'une diplomatie congolaise zairoise d'origine passoire laissée pour compte à la merci des étrangers, un soi disant ambassadeur rwandais karega qui s'ingére dans les affaires internes de notre pays, c'est du n'importe quoi, il doit être expulsé de notre pays immédiatement sans autre forme de négociations, arrêtons d'être aussi naïf et passif à la fois. Karega le pseudo banyarwanda Banyamulenge ambassadeur rwandais chez nous au Congo Kinshasa est un négationniste de la cause congolaise zaïroise d'origine parce qu'il critique nos politiciens, il s'ingère dans les affaires internes de notre pays, c'est un homme d'état dangereux, Il doit être expulsé du pays avec effet immédiat, de quoi se mêle cet ambassadeur rwandais ? Il est au Congo Kinshasa en tant qu'informateur de Paul kagame ainsi que leurs vallées anglais saxons, américains et israéliens aux fins de dépecer, de balkaniser, de morceler notre pays en plusieurs morceaux d'où la théorie "Afrique en morceaux ". Vos plans sont connus de toute la communauté internationale communauté des intérêts notamment les occupations inutiles et perpétuelles des Etats du monde afin d'en extraire toutes les matières premières pour enrichir l'occident, L'orient, l'Océanie et autres. Nous allons vous chasser ainsi que votre occupation ignoble de mauvais augure.

Pourquoi pour le cas de la journaliste NTACHA POLONY, elle a été amenée a être renvoyée en correctionnelle pour contestation du génocide rwandais et non Paul kagame père du triple génocide au sein de la région des grands-lacs ?

Il faut lancer un mandat d'arrêt international contre ce génocidaire de Paul kagame président actuel du Rwanda pour ses propos négationnistes contre les congolais zaïrois d'origine et mettre en place un tribunal populaire international où sera jugé ce bandit de grand chemin et ses complices que sont les autorités françaises actuelles notamment Emmanuel Macron parce qu'elles sponsorisent et commanditent le génocide des peuples innocents.

Bana mboka Congo Kinshasa bayimboka esika nyonso ezwami bino bokangela ngai ye mutu oyo Paul kagame président ya Mboka oyo ya muke muke Rwanda, motoyo azali kowangana nakonier génocide na biso ya peuple congolais zaïrois d'origine uta époque ya leopold II ya belgique kino mokolo mwa lelo, azali kofinga mémoire ya ba compatriotes na biso bakufi koleka nombre yaba juifs na tango ya Hitler ya Allemagne 6000.000 des morts kasi oyo ya biso eleki koleka plus de 12.000.000 de morts, oyo ezali koleka kuna epayi na biso ezali plus que génocide, ezali ethnocide, democide, ecocide, statocide. Nasengi bino eloko moko kaka bokangela biso motowana trop c'est trop tolamuka tangu zifueni bayama mushimame mbele mufukushe bangeni bote banayingiya mumukini yetu zoto !

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 15:01
BIENVENU MASSAMBA MP EXHORTE FELIX TSHISEKEDI TSHILOMBO D'ANNULER TOUS LES CONTRATS MINIERS CONTRACTES AVEC DAN GELTER S'IL VEUT SAUVER LA DILAPIDATION DES MINERAIS DU CONGO KINSHASA !

Tandis que les ressortissants congolais vivant à l'étranger notamment dans les diasporas en France, Belgique, Allemagne, Angleterre, Suisse, Espagne, Canada, Portugal, Israël, USA etc...etc... manquent cruellement de contrat de travail fixe ou de longue durée comme des CDIs , les dirigeants africains préfèrent donner ou octroyer des contrats à durée indéterminée aux multinationales occidentales françaises et européennes avec des salaires descents garantissant des lendemains meilleurs à leurs remplaçants au détriment des premiers bénéficiaires que constituent leur peuple autochtone, peuple africain soyons sérieux et vigilants en arrachant à nouveau notre indépendance économique, il est plus que temps de changer de paradigme de développement, est-ce-que le developpement est éphémère pour les peuples d'Afriques et durable pour les peuples occidentaux ?

Désormais nous devons nous développer ensemble car au 21eme siècle, en tant que peuple libre du continent africain, nous devons changer radicalement les choses. Pourquoi pour le cas de la RDC Congo centre de depart de la liberation de l'humanité entiere, nos autorités doivent-elles aller donner l'exploitation totale de nos ressources naturelles a un seul individu monsieur Dan Gelter qui est et fut l'ami fidèle de Joseph kabila alias kanambe ? Or nul individu ou organisation ne peut concentrer toutes les décisions et tous les mécanismes de contrôle entre ses mains, sinon l'individu ou l'organisation n'a de comptes a rendre a personne, et on est en dictature. Sans ressources naturelles dignes de ce nom, la vie et l'Esperance de nos peuples disparaissent a jamais.

Mzee Laurent Desire Kabila le père dixitait ce qui suit : "Si nous ne pouvons pas nous servir de notre or, de notre diamant, de notre coltan, de notre cobalt, de notre cassitérite, bref de tous nos minerais ou ressources naturelles tant du sol que du sous-sol dans les années qui viennent, nous n'allons pas construire la prospérité de notre peuple tant attendu depuis des lustres, il n'y aura pas assez d'écoles, d'infrastructures modernes, d'hôpitaux, d'universités. Une vie descente ou meilleure pour nos populations serait compromise a jamais, serait difficile, on continuerait a croupir dans la misère et la disette totale, d'où il nous faut changer radicalement l'essence de notre vie actuelle. Nous devons toujours nous questionner chaque jour a savoir : premièrement qui sont aux contrôles de nos minerais ? Et deuxièmement qui dirigent nos pays c'est-a-dire quel genre des dirigeants faisons-nous face ? Et troisièmement a qui vendons-nous nos minerais ? et quatrièmement a quelle fin nos minerais sont utilisés ici et ailleurs ?

C'est aux réponses a ces questions que nous pouvons arriver a déterminer l'origine de ceux qui nous font la guerre ici et ailleurs. En effet, c'est la traite et l'extraction des minerais comme la cassitérite, le coltan, l'or, le diamant etc...etc... dans notre pays qui est non seulement la réserve mondiale de tous les minerais importants a la fabrication d'armes nucléaires, chimiques, atomiques que technologiques ainsi que les guerres a répétition et les conflits de tout genre qui entrainent le déplacement et le dépeuplement de nos populations en diminuant les densités de ces dernières par Km2.

BIENVENU MASSAMBA MP

Partager cet article
Repost0
9 mai 2021 7 09 /05 /mai /2021 14:48
BIENVENU MASSAMBA MP :  IL NOUS FAUT DES DIALOGUES INTER-PAYS A LA CRISE MULTIFORME DANS LA REGION DES GRANDS LACS

Notre pays La RDC Congo ainsi que ses voisins immédiats qui sont le Rwanda, Burundi, Ouganda, Kenya, Tanzanie sont plongés dans une crise aigue et multiforme qui rend nos populations errantes, déplacées, dépeuplées de leur lieu de résidence habituel depuis plus de 20 ans maintenant. Voila pourquoi je viens d'imaginer une convocation le plus rapidement possible des plusieurs dialogues interpays au sein de la région des grands lacs afin d'apporter une solution pacifique et durable de stabilité pérenne en vue d'aider toutes  les populations de la sous région. Aussi longtemps que l'on met pas en application les résolutions  de l'accord d'Addis-Abeba en Ethiopie, nous allons continuer a patauger dans le potopoto de tout genre car il est clair et net qu'avant toute chose nous sachions par où nous sommes debout et voudrions aller de l'avant.

Les objectifs des bourreaux sont clairs : Dans un contexte d’une mafia économique et d’un affairisme politico-militaire alimenté par les pillages à grandes échelles d’abondantes ressources naturelles, ils sèment une terreur d’épuration systématique des personnes, mettent en place une stratégie de déplacement forcé des populations en vue d’occuper progressivement leurs terres et d’y installer des foyers d’intégrisme religieux et des bases d’entrainement terroriste.     

A premierement vue, les congolais sont pieges et se retrouvent tous confines dans un cul de sac, plonges dans une guerre a laquelle ils sont pris en otage comme bouclier humain aux fins de la satisfaction totale ou partielle de la communaute internationale et alies. En effet, il y a plusieurs facteurs qui entrent en compte et qui expliquent donc la crise multiforme actuelle que traverse la RDC dont 3 facteurs principaux parressent etre les plus indicatifs a savoir :

1. Les appetits économiques et hégémoniques de certaines puissances étrangères dont des pays limitrophes et frontaliers comme le Rwanda et L'Ouganda parraines par les Anglais- saxons a savoir les U.S.A et la Grande bretagne qui ne cherchent qu’a tout prix a diviser; morceler si pas balkaniser la RDC en plusieurs morceaux prétendant que ce pays est tellement vaste a la dimension d’un sous-continent; a la grandeur d’un Eléphant ou d’un hippopotame en lingala nzoko qui devient difficile a contrôler et a cerner alors que du temps du défunt General Major Joseph désire Mobutu sese seko Marechal; ce géant colosse de L’Afrique centrale jouait pleinement son rôle d’embrayage pouvant pacifier et mettre un peu de l’ordre au sein de la région de grands lacs. Deuxièmement, la politique de 2 poids 2 mesures c’est-a-dire des incohérences, contradictions si pas des confusions de la communauté internationale face a la situation sur terrain au Congo central, dans la Kassaï, dans L’est du pays justifiant ainsi donc sa prétention de maintenir ce pays sous sa tutelle ou colonie de manière perpétuelle. Troisièmement, la faiblesse structurelle des institutions étatiques congolais se caractérisant d’une illégitimité institutionnelle et constitutionnelle en même temps ainsi que d’une incapacité et d’une incompétence notoire des dirigeants congolais clandestins de fait a y trouver un remède adéquat ou d’y apporter une solution ou une resolution définitive. C’est pour quel intérêt que la RDC doit demeurer être un marche wenze en lingala de tous ces détracteurs; ces balkanisateurs; ces ennemis du Congo et des congolais ? A l’œil nu, il est clair et net que la vie humaine des congolais importe peu aux yeux des multinationales étrangères qui ne se soucient que de toutes les richesses du sol ainsi que du sous-sol au but de leur exploitation sans scrupule; au risque même de les transformer en minerais de sang car elles sont prêtes a engager des milices voire même des groupes armes en vue de pérenniser cette sale besogne de destruction totale ou partielle de l’environnement congolais en assurant sa pollution en constance; en provoquant des déplacements forces des populations congolaises autochtones pour mieux exploiter leur milieu au détriment de tout respect des droits humains dévolus au peuple congolais; en séparant aussi ces populations en vue de créer des conflits armes etc...etc... LE CONSTAT EST QUE CES DEUX PAYS DE LA SOUS-REGION LE RWANDA ET L' OUGANDA VIOLENT CONTINUELLEMENT ET A REPETITION LES ENGAGEMENTS PRIS PAR LES PAYS DE LA SOUS-REGION AU TITRE DE L'ACCORD-CADRE POUR LA PAIX, LA SECURITE ET LA COOPERATION AU SEIN DE LA REGION DANS L'ANNEXE A DE LA RESOLUTION DE 2098. HORS NOUS CONSTATONS EGALEMENT QUE JUSQU'A CE JOUR LES DEUX PAYS QUI AGRESSENT LA RDC DETIENNENT DANS LEUR TERRITOIRE ET NE VEULENT PAS FACILITER L'ARRESTATION ET L'EXTRADITION DES GENS COMME KUNDA BATWARE, JULES MUTEBUZI ET CERTAINS HAUTS OFFICIERS DE LEUR ARMEE QUI SONT IMPLIQUES AU CONFLIT EN COUR DANS L'EST DE LA RDC, COMME ENNONCE AU POINT SIX DANS L'ANNEXE A : "NE PAS OFFRIR DE REFUGE OU DE PROTECTION DE QUELQUE TYPE QUE CE SOIT AUX PERSONNES ACCUSEES DE CRIMES DE GUERRE, DE CRIMES CONTRE L'HUMANITE, D'ACTES DE GENOCIDE OU DES CRIMES D'AGRESSION OU AUX PERSONNES RELEVANT DU REGIME DES SANCTIONS DES NATIONS UNIES". D'où la solution salvatrice et définitive pour endiguer cette crise multiforme et multidimensionnelle au sein de la région des grands lacs, c'est convoquer des dialogues a grande échelle entre autre : dialogue inter-rwandais, dialogue inter-ougandais, dialogue inter-burundais, inter-tanzaniens, inter-kenyans etc...etc...  afin d'arrêter net tous les groupes armés qui sèment l'insécurité, l'instabilité, la désolation un peu partout dans cette région des grands lacs.  NOUS SOMMES ARRIVES AU POINT OU NOUS PEUPLE CONGOLAIS DEVRIONS PRENDRE UNE DECISION QUI DOIT NOUS AMENER A UN CHOIX FINAL. MEME SI NOUS RESSENTONS UN BESOIN D'AGIR SANS SAVOIR COMMENT DIRIGER NOTRE DEMARCHE, PAR INTUITION OU SE REMETTRE AU HASARD C'EST-A-DIRE TIRER A PILE OU FACE. LA VIE QUOTIDIENNE DU PEUPLE CONGOLAIS EST PLEINE AU JOUR D'AUJOURD'HUI DES SITUATIONS FAISANT APPEL A L'URGENCE DE PRENDRE DES DECISIONS STRATEGIQUES AFIN D'ERRADIQUER LA PEUR, LA PAUVRETE, LA GUERRE, LES CONFLITS DE TOUT GENRE NOTAMMENT INTERETHNIQUES QUI DECHIRENT COMPLETEMENT LES COMMUNAUTES LOCALES. LES CONGOLAIS SONT APPELES EGALEMENT AU SENS D'ENGAGEMENT TOTAL C'EST-A-DIRE QUE LES CONGOLAIS DOIVENT S'ENGAGER DANS L'IMMEDIAT EN VUE D'AGIR A L'IMMEDIATITE AUX PROBLEMES RECCURENTS DES VIOLENCES SEXUELLES, DES VIOLS, DES TUERIES, DES KIDNAPPINGS, BREF DU MARASME ACTUEL QUI DESSIME LES POPULATIONS LOCALES DES REGIONS EN CONFLITS COMME DANS LE KIVU, L'ITURI, GOMA ET AUTRE AFIN DE TROUVER DES SOLUTIONS IMMEDIATES POUVANT ENTRAINER LA FIN DEFINITIVE DES CYCLES DES VIOLENCES ET CONFLITS EN COUR EN RDC. LES CONGOLAIS SONT APPELES A FAIRE DE GROS EFFORTS AFIN DE SORTIR DANS TOUTE SORTE DE FRAGILITE (DEMOCRATIQUE, ECONOMIQUE, SANITAIRE ET SURTOUT SECURITAIRE). LES CONGOLAIS DOIVENT SORTIR DES ILLUSIONS ET DES UTOPIES QUE C'EST LA MISSION DES NATIONS UNIES AU CONGO OU LA BRIGADE D'INTERVENTION RAPIDE QUI VA METTRE FIN AUX CYCLES DES VIOLENCES ET DES GUERRES SUR TOUTE L'ETENDUE DE LA RDC. LA RDC ETANT VICTIME D'UNE AGRESSION ARMEE PAR LE RWANDA ET L'OUGANDA DOIT FAIRE PREVALOIR SON DROIT NATUREL DE LEGITME DEFENSE CAR AUCUNE NATION AU MONDE NE PEUT SE LAISSER DOMINEE PAR UNE AUTRE POUR DES RAISONS ECONOMIQUES. ET A L'HEURE ACTUELLE, NOUS SUGGERONS AUX CONGOLAIS DE PRENDRE DES MESURES QUI S'IMPOSENT JUSQU'A CE QUE L'ONU POURRA SIEGER DE NOUVEAU AFIN D'EN  DECOUDRE AVEC CES DEUX PAYS QUI NOUS MENACENT A SAVOIR LE RWANDA ET L'OUG

LE RAPPORT MAPPING ETALE RÉELLEMENT LES COMMANDITAIRES, RESPONSABLES, INSTIGATEURS DES CRIMES DE GÉNOCIDE PERPÉTRÉ CHEZ NOUS AU CONGO KINSHASA ET VA NOUS PERMETTRE DE POURSUIVRE LES CRIMINELS RWANDAIS COMME KUNDA BATWARE, JULES MUTEBUZI, SULUTANI MAKENGA ET AUTRES QUI SE PREVALAIENT D'ÊTRE CONGOLAIS TUTSI DE LA SOI DISANTE COMMUNAUTÉ DÉNOMMÉE BANYAMULENGE INSTRUMENTALISER PAR PAUL KAGAME POUR S'IMMIXCER ET INFILTRER ÉPERDUMENT NOS INSTITUTIONS AFIN DE NOUS CONTRÔLER ET NOUS AFAIBLIR APRÈS AVOIR TOUT PILLÉ, ILS COURENT VERS LEUR RWANDA NATAL EN EXHIBANT LEUR PASSEPORTS RWANDAIS D'ORIGINE CAR LEUR NATIONALITÉ D'ORIGINE NE PEUT PAS LEUR ÊTRE ARRACHÉE PARCEQUE C'EST À VIE, VOILA POURQUOI UNE FOIS ÉLUS SÉNATEURS AU CONGO KINSHASA, ILS PERPÉTUENT CETTE PÉRENNISATION DES STATUTS EXTORQUES DEPUIS DES LUSTRES, JE VOUS ASSURE QUE LE PROCESSUS DE D'ESOCCUPATION SERA LONG ET POPULAIRE, SOYONS VIGILANTS ET BARRONS LEURS LA ROUTE CAR CE SONT DES IMPOSTEURS AINSI QUE DES USURPATEURS À VIE. KOYENGAYENGA YA BAYI MBOKA CONGO -KINSHASA NA KOPANZANA NA BANGO YANGO NDE ESALI ETE MBOKA EKOMA OCCUPER NABAPAYA, TROP D'ETRANGERS DANS TOUS LES POSTES CLES DU PAYS, LA CAUSE DE L'EPARPILLEMENT OU DU DISPERSÉMENT DES AUTOCTHONES CONTINU DE LAISSER PORTE OUVERTE AUX OCCUPANTS VOILA POURQUOI NOUS DEVONS NOUS EFFORCER DE REGAGNER NOS PAYS D'ORIGINE AFIN DE REPRENDRE NOS POSTES EN MAINS PROPRES. LE CAS LE PLUS FLAGRANT C'EST LE DEMENTELEMENT DE MINEMBWE OCCUPE ACTUELLEMENT PAR LES BANYAMULENGE COMMUNÉMENT CONNUS SOUS LE PSEUDO BANYARWANDA C'EST À DIRE LES ENFANTS DU RWANDA, NOUS SOMMES EN DANGER ET NOUS RISQUONS D'ÊTRE RÉPUTÉS APATRIDES DANS NOTRE PROPRE PAYS, L'HEURE EST GRAVISSIME ! LEVONS -NOUS ET CHASSONS L'OCCUPATION ÉTRANGÈRE YABAPAYA UNE FOIS POUR TOUTES AFIN DE REGAGNER CONTRÔLE DE NOTRE DEMEURE. Concernant l'Affaire MINEMBWE : Je l'avais déjà prédit et depuis longtemps, voilà aujourd'hui le résultat, nous sommes sous la menace de balkanisation, d'émiettement, d'implosion et d'apartheid du pays. Soyons vigilants, zibula menso ba rouler bino na farine ya midema te bayimboka. CHARTE YA OCCUPATION OYO TOZALI NANGO EZALI KO PREDISPOSER BA OCCUPANTS BASALA ELOKO NYONSO BALINGI NA MBOKA NA BISO TOPE MABELE NA BISO. TALA LELO EBANDI NA MINEMBWE KASI LOBI EKOSALA TERRITOIRE NINI ? TOSOSOLA PE TOPWATA BA COMPLOTS NYONSO YABA OCCUPANTS EPAYI NA BISO ! LE DECOUPAGE TERRITORIAL EN RDC EST UN SCHEMA DANGEREUX QUI VIOLE A COUP SURE L'ARTICLE 220 DE LA CONSTITUTION EN VIGUEUR AU PAYS LAISSANT PRESAGER LA MATERIALISATION A COUP SURE LE PLAN DE BALKANISATION, D'EMIETEMENT ET DE DISLOCATION DE NOTRE NATION CAR DANS COMBIEN DE TEMPS PEUT-ON ORGANISER LES ELECTIONS GENERALES LORSQUE L'ON SAIT BIEN QU'AVEC 11 PROVINCES, ON N'ARRIVE PAS A SECURISER LE PROCESSUS ELECTORAL ET AVEC 26 PROVINCES, COMMENT EST-CE-QUE L'ON VA ORGANISER CES ELECTIONS DANS LE DELAIS CONSTITUTIONNEL ? LE DANGER DE LA BALKANISATION PERSISTE CAR L'ETAT CONGOLAIS NE DISPOSE PAS ENCORE DES MOYENS CONSISTANTS POUR LA CREATION DES NOUVELS TERRITOIRES, DISTRICTS ETC... ETC... ET VU L'IMMENSITE DE LA RDC CELA PRENDRA PEUT-ETRE 5 A 10 ANS POUR CONSTRUIRE DES NOUVELLES VILLES AVEC L'AVENEMENT D'UNE NOUVELLE CAPITALE PLUS VASTE QUE KINSHASA OU SERAIT TRANSFERER LE SIEGE DE TOUTES LES INSTITUTIONS DU PAYS; BREF EN TERME FINANCIER CELA DEMADERAIT DES MONTANTS ENORMES COMME 500.000.000.000 $, DONC SOYONS REALISTES CESSEZ DE VOUS FAIRE DES UTOPIES ET DIRE QUE LE DECOUPAGE SE FACE MAINTENANT, NON NON ET NON LE DECOUPAGE OUI MAIS POSTERIEUREMENT LORSQUE NOUS SERONS DANS LE POUVOIR DE DIRE QUE L'OCCUPATION A PRIT FIN, QUE LES CONFLITS ARMES ONT PRIS FIN ET QUE LA SOUS-TUTELLE DE L'ONU A PRIS EGALEMENT FIN, DONC TOUS CES CONTEXTES DOIVENT ETRE ERADIQUES AVANT D'ENVISAGER DES TELLES PERSPECTIVES DE GRANDE ENVERGURE. ALORS PEUPLE CONGOLAIS VEILLEZ-Y ET DITES NON AU DECOUPAGE TERRITORIAL DANS LES CONTEXTES ACTUELS DE L'HISTOIRE DE NOTRE NATION. 

 

L'APPLICATION STRICTE DES ARTICLES 14 ET 15 DE LA CHARTE DES RESSORTISSANTS CONGOLAIS DE L'ETRANGER EST RECQUISE DANS LES CONTEXTES ACTUELS DE L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS, QUI STIPULENT CE QUI SUIT :

ARTICLE 14

Les ressortissants congolais vivant a l'etranger doivent defendre a tout prix une nouvelle politique evangelique dite "l'empecheologie" c'est-a-dire l'art de combattre les imperialistes, les multinationales, les occupants ainsi que leur marionnette de pouvoir continuer a perenniser leur sale besogne de destruction totale ou partielle du peuple africain et mettre en detour toute tentative sombre, machiavelique et hegemonique visant a remettre en cause l'emancipation, l'emergence, la croissance et le developpement du continent africain tout entier.

ARTICLE 15

Les ressortissants congolais vivant a l'etranger ont l'obligation de formaliser une farouche resistance contre tout individu ou groupe d'individu qui essaie de prendre le pouvoir et de s'y maintenir par la force tendant a l'exercer en violation de la disposition constitutionnelle en vigueur au pays d'origine en menant des campagnes de désobéissance civiles et de soulèvement populaire y compris de journée ville morte pour liberer le peuple congolais en etat d'otage perpetuel.

On voudrait tout simplement nous ramener vers des conflits intercommunautaires du  genre palestino-israéliens qui luttent pour le territoire de la Cisjordanie ainsi que de la bande de Gaza car a l'origine de ce conflit Palestiniens et Israéliens au Proche-Orient. Il oppose deux nationalismes (le nationalisme juif et le nationalisme arabe palestinien) et inclut une dimension religieuse importante, notamment du fait qu'Israël est un État juif, à majorité juive et que les Palestiniens sont majoritairement musulmans.

L'opposition arabe au sionisme se marque dès le début du mandat britannique sur la Palestine, avec de nombreuses émeutes et massacres et une rébellion arabe entre 1936 et 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, ce sont les Juifs qui se révoltent. Ne pouvant plus le gérer, les Britanniques transmettent le dossier à l'Organisation des Nations unies qui fin 1947 vote le partage de la Palestine. Le lendemain, la guerre civile éclate qui six mois plus tard est suivie de la première guerre israélo-arabe. La région voit l'exode d'Arabes palestiniens pendant cette guerre, l'arrivée en Israël de réfugiés juifs en provenance des pays arabes entre 1948 et 1952, puis un nouvel exode depuis la Cisjordanie vers la Jordanie, pendant la guerre des Six Jours ainsi que l'arrivée en Israël de près de 600 000 Juifs en provenance des pays arabes, chassés de chez eux. Les mouvements de populations ont débouché sur le problème des réfugiés palestiniens, qui sont près de 5 millions aujourd'hui. Israël présente aussi une minorité d'environ 2 millions d'Arabes israéliens.

Les Nations unies ont à ce jour émis près d'une centaine de résolutions par le Conseil de Sécurité et l'Assemblée générale, afin de résoudre le conflit. Plusieurs négociations et conférences de paix ont également eu lieu. 

Bienvenu Massamba MP

Partager cet article
Repost0
3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 08:10
L'ETAT D'URGENCE OU DE SIEGE EN RDC NE SERVIRA A RIEN AUSSI LONGTEMPS QUE LES COMMANDITAIRES ET RESPONSABLES DES CRIMES GRAVES NE SONT PAS PUNIS ET TRADUITS EN JUSTICE !

L’un des défis de sa présidence est de parvenir à panser les plaies encore béantes des deux guerres qui ont marqué le pays, entre 1996 et 2003. Alors que certains auteurs de ces crimes gravitent toujours dans les sphères du pouvoir, les victimes réclament justice. Nos reporters, Nicolas Germain et Thomas Nicolon, sont allés sur les lieux des pires atrocités recueillir leurs témoignages, ainsi que celui des acteurs clés de l’époque. Documentaire exclusif.

Le viol massif et systématique qui se déroule dans l'Est de la RDC est la conséquence directe l'insécurité persistante dans ce coin du monde par ce que les commanditaires, responsables, auteurs et Co-auteurs ne sont pas poursuivis faute d'une justice impartiale en RDC car la plupart d'entr'eux après être reconnus coupables sont relâchés ou sont réintégrés au sein des forces armées ou de la police nationale parlant ici des rebelles et militaires des forces armées. La loi sur l'amnistie générale décrétée par les autorités actuelles de la RDC n'interrompt pas les viols pour autant parce que les délinquants ne sont pas inquiétés ni punis sévèrement comme il se doit, des lors on s'attaque pas aux causes ou problèmes qui déchirent les communautés locales dans l'Est mais probablement on ne fait que les déplacer vers d'autres horizons parce qu'une fois que l'on réintègre au sein de l'administration des forces armées ou de la police des personnes responsables de ces actes de viols en vue de les envoyer dans une autre partie de pays, ce phénomène risque de continuer parce qu'il n' y a pas des sanctions fortes afin d'endiguer ce fléau.   

Une loi d’amnistie pour faits de guerre et infractions politiques destinée aux groupes rebelles a été adoptée mardi en République démocratique du Congo. Un accord à minima qui ne satisfait pas les organisations de défense des droits de l’Homme.

Publicité
 

Rebelles, hommes en armes, combattants en uniforme, aucune charge ne sera retenue contre vous ! Après plusieurs semaines de débats houleux, la République démocratique du Congo (RDC) a adopté mardi 4 février une loi d’amnistie controversée, qui doit être promulguée par le président Joseph Kabila d’ici à la fin de la semaine.  

Après trois semaines de discussions et quatre heures de débat à l’Assemblée, les députés congolais se sont mis d’accord pour que la loi d’amnistie couvre les "faits insurrectionnels, les faits de guerre et infractions politiques", commis entre le 18 février 2006 - date de la nouvelle Constitution - et le 20 décembre 2013 - fin de l’ultimatum au M23 pour déposer les armes. Un compromis entre la proposition du parti au pouvoir (PPDR) qui souhaitait limiter l’amnistie aux faits commis entre 2009 et 2013 et celle de l’opposition qui voulait étendre la période de 2001 à 2013.
 
"Retenir l’année 2009 jusqu’à nos jours comme période devant être couverte par l’amnistie, c’est légiférer uniquement et exclusivement en faveur du M23 dont le gouvernement a déjà accepté sa reconnaissance comme parti politique", dénonçait  le 30 janvier à Kinshasa le député de l'opposition Jean-Claude Vuemba.
 
Une loi taillée pour le M23 ?
 
Le point d’achoppement majeur concerne en effet les bénéficiaires de cette mesure. Les associations de défense des droits de l’Homme et organisations de la société civile dénoncent une loi d’amnistie partiale. Ils estiment qu'elle devrait inclure tous les détenus politiques. Selon l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), 70 personnes seraient toujours incarcérées pour motif politique, mais sous couvert de délits de droits communs. Ils ne peuvent donc pas bénéficier de la loi d’amnistie.
 
"Cette loi d’amnistie ne peut pas profiter aux combattants armés et ignorer les opposants qui combattent sans violence et n’utilisent que leurs écrits, leur parole, pour contester", a dénoncé Georges Kapiamba, président de l’ACAJ, interrogé par FRANCE24. Il dénonce également une loi qui ne s’applique qu’aux ressortissants congolais alors que les geôles du pays sont pleines d’anciens combattants issus des pays limitrophes, Rwanda ou Ouganda.
 
L’opposition accuse, elle, le parti au pouvoir d’avoir voulu tailler une loi sur mesure pour les combattants du M23. Les accords de paix, signés à Nairobi en décembre dernier entre le gouvernement et le M23, engageaient en effet la rébellion  à déposer les armes, contre sa transformation en parti politique et l’amnistie de ses membres accusés de faits de guerre ou d’insurrection.
 
"Le document est très clair : il n'y a pas d'amnistie générale. Ceux qui sont présumés s'être comportés de façon criminelle sur le plan du droit international, avoir commis des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité, ne seront pas réinsérés dans la société", avait alors garanti Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de Kinshasa. Une déclaration qui ne rassure pourtant pas l’opposition et les associations de défense des droits de l’Homme, qui redoutent que la loi d’amnistie ne garantisse l’impunité à des criminels de guerre.  
 
Prendre en compte la justice des victimes   
 
À peine sortie d’une guerre de 15 ans qui a fait plus de 5 millions de morts, la RDC s’est enlisée dans des conflits à répétition ayant engendré crimes contre l’humanité, violations massives des droits de l’Homme, viols et prolifération de groupes armés nationaux et étrangers. Selon l’ONU, plus de 200 000 femmes ont été violées en RD Congo depuis 1996, par des hommes en uniformes, des civils ou des rebelles qui jouissent de l'impunité la plus totale. L’ACAJ redoute de voir cette loi l'encourager plutôt que de l'endiguer.
 
"Cette loi, si elle n’est pas encadrée par une commission d’application, encourage l’impunité", explique Georges Kapiamba. "On risque d’amnistier des hommes qui ont commis des viols, des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité. On sait très bien que de nombreux combattants ont tué des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards. Comment les identifier, comment les distinguer s’il n’y a pas d’enquête ?" interroge-t-il.
 
Pour sa part, la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), une organisation de défense des droits humains, appelle les élus à prendre en compte le dédommagement des victimes des violences dont les auteurs vont être amnistiés.  "Comment voulez-vous que nous puissions retrouver la réconciliation nationale, s’il n’y a pas de réparation pour cet homme qui a perdu sa femme, cette dame qui a perdu son mari, cet enfant qui a perdu et son père, et sa mère, ces villageois qui ont perdu tout un village entier, brûlé, les écoles incendiées ?", s’est insurgé Jonas Tshiombela,  coordonnateur de l'organisation au micro de la radio congolaise Okapi. Et d’insister : "La cohésion nationale passe aussi par la justice des victimes".  

RDC: le docteur Denis Mukwege demande au président d'agir contre l'impunité

Le prix Nobel de la paix Denis Mukwege et des dizaines d'ONG ont demandé jeudi au président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, d'agir contre l'impunité des auteurs présumés de crimes commis pendant les conflits qui déstabilisent le pays depuis près de 30 ans.

"Le président Tshisekedi devrait maintenant passer de la parole aux actes et adopter une stratégie visant à remédier à l'absence choquante de justice et aux conséquences de l'impunité", déclare le docteur Mukwege dans cet appel.

Relayé par Human Right watch (HRW), le texte est signé par des dizaines d'ONG congolaises et internationales, dont Amnesty international.

Les signataires demandent au président et son nouveau Premier ministre Sama Lukonde de "s'engager publiquement à faire de la lutte contre l'impunité une priorité absolue".

Ils plaident pour un "mécanisme judiciaire international" pour poursuivre les auteurs des "graves crimes internationaux commis en RD Congo, notamment ceux documentés dans le Rapport Mapping de l'ONU".

Ce rapport, qui date de 2010, répertorie plus de 600 violations graves des droits humains commises en RD Congo entre mars 1993 et juin 2003 (massacres à grande échelle, violences sexuelles, attaques contre des enfants...).

Le rapport Mapping a suscité la colère du Rwanda, impliqué dans les deux guerres du Congo (1996-97, 1998-2003) soit directement, soit par milices interposées.

Les signataires de l'appel demandent également aux autorités congolaises "d'identifier et de démettre provisoirement de leurs fonctions les agents des forces de sécurité et d'autres responsables de l'exécutif" auteurs présumés de graves violations des droits humains, "le temps que leurs dossiers soient traités".

Ils souhaitent enfin un "programme complet de réparations pour les victimes".

Source RTBF

 

Bienvenu Massamba MP

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : diasporanabisomoko
  • : je diffuse l'actualite tant africaine qu'internationale.
  • Contact

Recherche

Www.topchretiens.com