Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 23:28

Jimmy-Mubenga-006[1]

 En mémoire de Jimmy Mubenga mort en octobre 2010. (toute la communauté est toujours en état de choc quant a sa tragique disparation. Tout s’est passe le 12 Octobre 2010 Jimmy Mubenga 46 ans et père de 5 enfants, marie a Adrienne Makenda Kambana avait rendu l’âme lorsque les officiers de l’immigration britannique ont force de le refouler du territoire britannique après avoir passer près de 16 ans en Angleterre. Selon la description de certains passagers qui devaient prendre le même vol en partance pour l’Angola, c’était une situation chaotique a décrire quant a la manière dont 3 officiers de sécurité l’ont retenus, force, l’entoure au point qu’il ne pouvait plus bouger ni respirer. Et dire que ces procédures se déroulent chaque année et de la même manière. Lui (Jimmy Mubenga) citoyen comme tout autre citoyen dans le monde ne croyait pas un jour qu’il pouvait subir des traitements aussi cruels que criminels car en tant que humain, personne ne peut accepter d’être traiter de la sorte. Nous nous sommes renseigne sur les circonstances qui ont entoure sa mort mais malheureusement nous n’avons pas trouve des réponses qui nous rassurent ni qui peuvent tranquilliser tout la communauté. Néanmoins nous avons pu être informer seulement que selon que quand une décision est prise de refouler quelqu’un qui fait partie de la famille est autorisée au niveau élevé dans l’agence UK Border et ce de manière sensitive, d’ailleurs nous utilisons des compagnies privées pour escorter les gens pour les dernières années et nous escortons mille détenus chaque année et c’est le premier incident de ce genre. Les enquêtes se poursuivent afin de pouvoir élucider les circonstances qui ont émaillées ce incident. Reconnue comme un crime contre l’humanité, la traite des noirs caractérisée par le commerce triangulaire entre Afrique-Europe-Amérique est la plus grande importante déportation de l’histoire de l’humanité qui a été abolie voila des années maintenant mais qu’en-est-il de la déportation Europe-Afrique ? Ou du reste du monde ? C’est dans le devoir de répondre a la campagne d’Amnesty international que nous avons trouver bon d’apporter cette information a la portée de la communauté congolaise. Il ne faut pas attendre qu’il soit trop tard concernant les autres détenus pour leur apporter votre soutien. Les reformes dans l’immigration britannique s’annoncent bientôt, il nous faut continuer de jeter des cous d’œil sinon il nous sera difficile de se ressourcer d’avantager avant de venir immigrer en Angleterre.

 

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 19:59

 

Patrice Emery Lumumba

Historical Biography

 

 

Patrice Emery Lumumba
b. July 2, 1925, Onalua, Belgian Congo [now Congo (Kinshasa)]
d. January 1961, Katanga province

African nationalist leader, the first prime minister of the Democratic Republic of the Congo (June-September 1960). Forced out of office during a political crisis, he was assassinated a short time later.

Lumumba was born in the village of Onalua in Kasai province, Belgian Congo. He was a member of the small Batetela tribe, a fact that was to become significant in his later political life. His two principal rivals, Moise Tshombe, who led the breakaway of the Katanga province, and Joseph Kasavubu, who later became the nation's president, both came from large, powerful tribes from which they derived their major support, giving their political movements a regional character. In contrast, Lumumba's movement emphasized its all-Congolese nature.

After attending a Protestant mission school, Lumumba went to work in Kindu-Port-Empain, where he became active in the club of the évolués (educated Africans). He began to write essays and poems for Congolese journals. Lumumba next moved to Léopoldville (now Kinshasa) to become a postal clerk and went on to become an accountant in the post office in Stanleyville (now Kisangani). There he continued to contribute to the Congolese press.

In 1955 Lumumba became regional president of a purely Congolese trade union of government employees that was not affiliated, as were other unions, to either of the two Belgian trade-union federations (socialist and Roman Catholic). He also became active in the Belgian Liberal Party in the Congo. Although conservative in many ways, the party was not linked to either of the trade-union federations, which were hostile to it. In 1956 Lumumba was invited with others to make a study tour of Belgium under the auspices of the Minister of Colonies. On his return he was arrested on a charge of embezzlement from the post office. He was convicted and condemned one year later, after various reductions of sentence, to 12 months' imprisonment and a fine.

When Lumumba got out of prison, he grew even more active in politics. In October 1958 he founded the Congolese National Movement (Mouvement National Congolais; MNC), the first nationwide Congolese political party. In December he attended the first All-African People's Conference in Accra, Ghana, where he met nationalists from across the African continent and was made a member of the permanent organization set up by the conference. His outlook and terminology, inspired by pan-African goals, now took on the tenor of militant nationalism.

In 1959 the Belgian government announced a program intended to lead in five years to independence, starting with local elections in December 1959. The nationalists regarded this program as a scheme to install puppets before independence and announced a boycott of the elections. The Belgian authorities responded with repression. On October 30 there was a clash in Stanleyville that resulted in 30 deaths. Lumumba was imprisoned on a charge of inciting to riot.

The MNC decided to shift tactics, entered the elections, and won a sweeping victory in Stanleyville (90 percent of the votes). In January 1960 the Belgian government convened a Round Table Conference in Brussels of all Congolese parties to discuss political change, but the MNC refused to participate without Lumumba. Lumumba was thereupon released from prison and flown to Brussels. The conference agreed on a date for independence, June 30, with national elections in May. Although there was a multiplicity of parties, the MNC came out far ahead in the elections, and Lumumba emerged as the leading nationalist politician of the Congo. Maneuvers to prevent his assumption of authority failed, and he was asked to form the first government, which he succeeded in doing on June 23, 1960.

A few days after independence, some units of the army rebelled, largely because of objections to their Belgian commander. In the confusion, the mineral-rich province of Katanga proclaimed secession. Belgium sent in troops, ostensibly to protect Belgian nationals in the disorder. But the Belgian troops landed principally in Katanga, where they sustained the secessionist regime of Moise Tshombe.

The Congo appealed to the United Nations to expel the Belgians and help them restore internal order. As prime minister, Lumumba did what little he could to redress the situation. His army was an uncertain instrument of power, his civilian administration untrained and untried; the United Nations forces (whose presence he had requested) were condescending and assertive, and the political alliances underlying his regime very shaky. The Belgian troops did not evacuate, and the Katanga secession continued.

Since the United Nations forces refused to help suppress the Katangese revolt, Lumumba appealed to the Soviet Union for planes to assist in transporting his troops to Katanga. He asked the independent African states to meet in Léopoldville in August to unite their efforts behind him. His moves alarmed many, particularly the Western powers and the supporters of President Kasavubu, who pursued a moderate course in the coalition government and favoured some local autonomy in the provinces.

On September 5 President Kasavubu dismissed Lumumba. The legalities of the move were immediately contested by Lumumba. There were thus two groups now claiming to be the legal central government. On September 14 power was seized by the Congolese army leader Colonel Joseph Mobutu (president of Zaire as Mobutu Sese Seko), who later reached a working agreement with Kasavubu. In October the General Assembly of the United Nations recognized the credentials of Kasavubu's government. The independent African states split sharply over the issue.

In November Lumumba sought to travel from Leopoldville, where the United Nations had provided him with provisory protection, to Stanleyville, where his supporters had control. With the active complicity of foreign intelligence sources, Joseph Mobutu sent his soldiers after Lumumba. He was caught after several days of pursuit and spent three months in prison, while his adversaries were trying in vain to consolidate their power. Finally, aware that an imprisoned Lumumba was more dangerous than a dead Prime Minister, he was delivered on January 17, 1961, to the Katanga secessionist regime, where he was executed the same night of his arrival, along with his comrades Mpolo and Okito. His death caused a national scandal throughout the world, and, retrospectively, Mobutu proclaimed him a "national hero."

The reasons that Lumumba provoked such intense emotion are not immediately evident. His viewpoint was not exceptional. He was for a unitary Congo and against division of the country along tribal or regional lines. Like many other African leaders, he supported pan-Africanism and the liberation of colonial territories. He proclaimed his regime one of "positive neutralism," which he defined as a return to African values and rejection of any imported ideology, including that of the Soviet Union.

Lumumba was, however, a man of strong character who intended to pursue his policies, regardless of the enemies he made within his country or abroad. The Congo, furthermore, was a key area in terms of the geopolitics of Africa, and because of its wealth, its size, and its contiguity to white-dominated southern Africa, Lumumba's opponents had reason to fear the consequences of a radical or radicalized Congo regime. Moreover, in the context of the Cold War, the Soviet Union's support for Lumumba appeared at the time as a threat to many in the West.

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 10:41

 

Aîné de sa famille, Youssou N'Dour a grandi dans le quartier de la médina de Dakar

, Youssou N'Dour et sa femme Mami Camara ont officiellement divorcé après 17 ans de mariage. Ils ont eu quatre enfants ensemble (Ndèye Sokhna, Ségui, Saint-Louis et Vénus). Dans sa jeunesse et avant son mariage avec Mami Camara, Youssou N'dour a eu un fils, Birane et une fille, Thioro, de deux mères différentes. Il est actuellement marié à Aïda Coulibaly, métisse sénégalo-française avec laquelle il a eu deux filles, dont l'aînée se prénomme Marie. Son père Elimane N'Dour est d'origine serere, sa mère Ndeye Sokhna Mboup est une griotte d'origine toucouleur et wolof. De confession musulmane, membre de la confrérie mouride du Senegal.

  Yousou n'dour est une figure emblematique de la musique africaine aussi de ce que d'autre appelle world music. aujour'hui c'est un devoir patriotique que youssou veut accomplir en postulant  a la plus haute fonction de l'etat senegalais. voyant qu'il ya des reformes a apporter dans son pays surtout concernant les differences des classes sociales. Le senegal qui est mieux connu au monde entant  premier producteur d'arrachides renferme aussi des genies non seulement dans la culture mais aussi dans le domaine politique. en face lui il aura le president sortant Mr. Abdoulay wade220px-YoussouNdour20090913[1] qui est un  vieux reformistes longtemps connu pour ses multiples mediations a travers le continent notamment il va de soit avec le role qui l'avait jouer en RDC lors de la crise que ce pays avait connu lors de conclaves de 1993.

Le 02 Janvier 2012 Youssou N'Dour confirme son intention d'être candidat à  l'election presidentielle du 26 Fevrier prochain  en face Abdoulaye Wade qui brigue à 85 ans un troisième mandat. "Je suis candidat. Je vais me lancer dans la course à la présidence", a déclaré lundi soir le "roi du mbalax", qui est immensément populaire parmi les jeunes de son pays et est l'un des détracteurs les plus virulents du président Wade. "Pendant très longtemps, des hommes et des femmes me manifestent leur confiance. Debout, ils rêvent d'un nouveau Sénégal. Ils ont, par divers moyens, appelé ma candidature à la présidentielle de février prochain. J'ai écouté. J'ai entendu. Je réponds favorablement à leur requête (...)", a-t-il expliqué sur les ondes de la radio et de la television. 

 

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 23:11

Nalobaka toujours na biso bandeko na ngai esengeli toyeba makambo nionso ezali kotambola kati na mokili oyo ya nse, tala ndakisa ya makanisi oyo esengi tozala nango mikolo nionso na likambo etali discrimination :

 

Discrimination

La discrimination porte atteinte à la notion même de droits humains. Elle empêche systématiquement certaines personnes ou catégories de personnes de jouir de l’ensemble de leurs droits fondamentaux, en raison de ce qu'elles sont ou de ce en quoi elles croient. Il est facile de refuser ses droits à une personne à partir du moment où on la considère comme un être «inférieur».

C’est pour cette raison que le droit international relatif aux droits humains est fondé sur le principe de la non-discrimination. Les rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l'homme ont ainsi explicitement indiqué qu’ils considéraient ce principe comme la clef de voute de la Déclaration.

Or, la discrimination persiste sous de nombreuses formes dans tous les pays du monde, qu’elle soit fondée sur la race, l'appartenance ethnique, la nationalité, le rang social, la religion, les convictions, le sexe, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’âge ou l’état de santé, ou encore sur une combinaison de plusieurs de ces facteurs.

Eux et nous: lutter contre la discrimination

Si le cadre où elle s’exerce et ceux qui l’appliquent ne sont pas toujours les mêmes, la discrimination, quelle que soit sa forme, trouve toujours son origine dans l’ignorance et les préjugés répandus dans la société, dans l’attitude discriminatoire des autorités et la répression qu’elles exercent et dans l’impunité dont jouissent trop souvent les responsables. Certains gouvernements légitiment ouvertement certaines formes de discrimination au nom de la moralité, de la religion ou d’une idéologie.

Lorsqu’elle est inscrite dans la loi – par exemple quand une loi restreint les libertés fondamentales des femmes ou nie les droits des populations autochtones –, la discrimination prive de fait certains individus de leurs droits humains.

Il arrive souvent que l’inaction des autorités favorise les actes de violence motivés par des préjugés. Du fait de la discrimination, certaines catégories de personnes ne bénéficient pas d’une égale protection de la loi face à des violences telles que les agressions racistes, la violence domestique ou les attaques dont des individus peuvent être victimes en raison de leur religion ou de leur orientation sexuelle, réelle ou supposée.

En ce qui concerne le maintien de l’ordre, la discrimination conduit les autorités à considérer certains groupes de personnes comme des «criminels en puissance». Ces personnes sont donc plus susceptibles d’être arrêtées et incarcérées que le reste de la population. Elles risquent également davantage, une fois arrêtées, d'être malmenées et soumises à des agissements pouvant constituer des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements.

L’identité ou le statut d’une personne peuvent aussi conditionner la nature et les conséquences de ces mauvais traitements. Ainsi, une femme transgenre détenue avec des hommes risque tout particulièrement d’être victime d’un viol ou d’autres formes de violence sexuelle.

De nombreuses personnes subissent une discrimination qui s'appuie sur plusieurs éléments de leur identité comme par exemple, pour les femmes autochtones, le fait d’être une femme et celui d’appartenir aux peuples autochtones. En raison de la multiplicité de ces facteurs, la discrimination s’exerce de façons très différentes selon les personnes concernées.

 

Il arrive souvent que l’inaction des autorités favorise les actes de violence motivés par des préjugés. Du fait de la discrimination, certaines catégories de personnes ne bénéficient pas d’une égale protection de la loi face à des violences telles que les agressions racistes, la violence domestique ou les attaques dont des individus peuvent être victimes en raison de leur religion ou de leur orientation sexuelle, réelle ou supposée.

En ce qui concerne le maintien de l’ordre, la discrimination conduit les autorités à considérer certains groupes de personnes comme des «criminels en puissance». Ces personnes sont donc plus susceptibles d’être arrêtées et incarcérées que le reste de la population. Elles risquent également davantage, une fois arrêtées, d'être malmenées et soumises à des agissements pouvant constituer des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements.

L’identité ou le statut d’une personne peuvent aussi conditionner la nature et les conséquences de ces mauvais traitements. Ainsi, une femme transgenre détenue avec des hommes risque tout particulièrement d’être victime d’un viol ou d’autres formes de violence sexuelle.

De nombreuses personnes subissent une discrimination qui s'appuie sur plusieurs éléments de leur identité comme par exemple, pour les femmes autochtones, le fait d’être une femme et celui d’appartenir aux peuples autochtones. En raison de la multiplicité de ces facteurs, la discrimination s’exerce de façons très différentes selon les personnes concernées.

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 22:03

3910509f94-1-.jpgPourquoi parfois nous devons élucider et donner des informations sur les vrais tueries qui se passent dans les zones de conflites en RDC notre pays qui si nous ne faisons pas attention risquent de prendre des proportions inquiétantes comme le cas de ces rapports de études publies et mis en écrits pour votre connaissance : tenez par exemple :pourquoi les peuples autochtones sont victimes d'évictions de leur lieu d'habitation.

Même si l’on a pu constater quelques améliorations au cours de la dernière décennie, à travers le monde, les peuples autochtones continuent de vivre dans des conditions difficiles et dangereuses parce que les États ne reconnaissent ni ne protègent leurs droits.

Dépossédés et menacés

Les peuples autochtones sont arrachés à leurs terres et territoires du fait de politiques discriminatoires, de conflits armés et d’opérations réalisées par des intérêts économiques privés.

En raison de la marginalisassions sociale et des discriminations juridiques qu’ils subissent, ces peuples se trouvent exposés à un large éventail de violations des droits humains visant des dirigeants ou des membres de ces communautés ou encore l’ensemble des peuples autochtones.

Coupés des ressources et des traditions qui sont vitales pour leur bien-être et leur survie, de nombreux peuples autochtones ne sont pas en mesure de jouir pleinement de leurs droits humains. Ils sont en butte à la marginalisassions, à la pauvreté, à la maladie et à la violence, et sont parfois même menacés d'extinction.

Ceux qui défendent les droits de ces peuples doivent faire face à des manœuvres d'intimidation et à des violences. L'état est souvent complice de ces agissements. Dans de nombreux cas, l’aide pacifique apportée aux peuples autochtones qui tentent de préserver leur identité ou de garder le contrôle de leurs terres et de leurs ressources est assimilée à une trahison ou à un soutien au terrorisme, et donne lieu à de violentes ripostes de la part des autorités.

  

Les guerres s’accompagnent invariablement de leur cortège de souffrances et d’épreuves. Les conflits constituent un terreau propice aux meurtres, aux actes de torture, aux déplacements de populations, aux famines et, de manière générale, aux violations massives des droits humains.

Dans les conflits qui sévissent un peu partout sur la planète, les forces gouvernementales et les groupes armés s'en prennent régulièrement aux civils, n’hésitant pas à commettre crimes de guerre et autres atrocités.

 

Lorsque leur mode de vie traditionnel est perturbé, les femmes autochtones peuvent se heurter à des problèmes spécifiques: elles perdent leur statut social ou subissent des violences au foyer, ce qui constitue une des conséquences de la frustration et du profond malaise ressentis au sein de leur communauté. Un nombre grandissant de ces femmes ont migré vers des milieux urbains ou vivent dans des secteurs marqués par une forte présence militaire. Elles sont confrontées à la discrimination raciale et sexuelle qui sévit dans l’ensemble de la société et qui se traduit par un risque accru de violence et un accès inégal à la justice. Les femmes autochtones subissent donc une double discrimination, sexuelle et ethnique.

 

 

 

 

Les grandes puissances se montrent malheureusement promptes à manipuler les institutions internationales ou à appliquer le principe «un poids, deux mesures», n’hésitant pas à armer des forces connues pour leur mépris des droits humains et à décliner ensuite toute responsabilité dans les atrocités commises. Voila ce qui nous pousse a dire que demain ou après demain si le pont Makelele arriver a jaillir d'autres minerais de valeur comme le coltan ou autre, nous vous disons que ca fera de meme partie d'une zone a conflits. Ne ditons-pas ? quand le peuple est nombreux, c'est la gloire d'un roi; quand le peuple manque, c'est la ruine du prince. Pour le cas de la RDC, les peuples autochtones aujourd'hui en fase d'extermination par qui nous ne savons pas ? sera que toutes les organisations internationales jouent un role dans ces zones ? a l'instar de la monusco, oxfan, medecins sans frontieres et nous en passons  tant d'autres. Nous croyons a notre humble avis que justice doit etre fete pour le peuple congolais longtemps meurtries de ces zones a conflits. La justice eleve une nation, mais le peche est la honte des peuples.

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 17:43

Diaspora esili bongo ko confirmer que vraiment peuple asilaki bongo kovoter mokambi na ye, tembe soki muke te bolannda bongo moko ya mokambi kati na na diaspora na kombo ya Papa Ngoma, sans commentaire.

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 15:59

Ba mama longonia mingi na mosala bozali kosala, yasolo mpensa boteli, et to zali komana yango bisika nionso epayi tozali koleka ke mutu moko te akoki kokanga mupepe oyo ya sika boye na yango, na yango courage mpe to yika kaka mpiko po victoire esi emonani. Soki tosali eloko te siko oyo ekozala bongo culture ya injustice na ya corruption soki pe ya boyinani ya division na ya kufa na insecurite nde ekozwa place. tolonga bobangi po eloba mokonzi moko ya koree du sud :"etat  d'esprit ya peuple yango nde ezali ko constituer richesse ya ekolo to pe nation".

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 18:48

 

In  response about permission to work for asylum seekers, the minister for immigration Damian Green MP has replied to me this : We believe that no person who has sought our protection need be destitute whilst awainting a decision on their claim. Asylum seekers who would otherwise be destitute can obtain support to avoid destitution from the time they arrive in the UK until their claim is fully determined and they have exhausted their appeal rights. In cases there is a delay of 12 months or more in considering the asylum claim and the dekay cannot be attributed to the applicant, the applicant is entitled to apply for permission to work.

 thumbnail-4-.jpg

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:43

The congolese people mostly from the diaspora are calling Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba in  power in order to restore the state of law and provide a good leadership for the development of the DRC. We want corruption, bad governance, incompetence and murders who marred the country to end now and for good.

PC140169.JPG

  

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:38

Make your Pledge to Close the Gap between rich and poor. Give, Act and Pray with us to build a more equal society - happier, healthier, safer, fairer

Church Action on Poverty is a national ecumenical Christian social justice charity, committed to tackling poverty in the UK. We work in partnership with churches and with people in poverty themselves to find solutions to poverty, locally, nationally and globally.

  • aims and values

    Enabling people in poverty to develop more sustainable livelihoods. Helping give a voice to people experiencing poverty. Mobilising churches to work with others to overcome poverty

<photo id="1" />

Repost 0
Published by massdouglass
commenter cet article