Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:00
RDC CENTRE DE DEPART DE LA LIBERATION DE L'AFRIQUE NOIRE CHAPITRE 5 :  LE DEBUT DE MON COMBAT AVEC LES DIFFERENTS GROUPES POUR AMENER LE CHANGEMENT EN RDC !

Des ma sortie de prison, je me suis ralie a plusieurs mouvements de lutte farouche pour apporter un changement tant recherche par tous. Je me suis battut et continue de me battre aupres de mes compatriotes congolais d'abord a londres en Angleterre ou j'ai adhere tour a tour a la diaspora congolaise du royaume-uni communement appele DCUK (diaspora combattante de UK) de 2009 a nos jours, par apres j'ai ete oblige d'aller fonder le HAUT CONSEIL DE LA RESISTANCE CONGOLAISE de 2011 jusqu'a nos jours. J'ai adhere en suite au MIRGEC comme etant son representant legal pres du royaume-uni. MIRGEC qui veut tout simplement dire mouvement independant de la reconnaissance du genocide congolais perpetre en RDC depuis l'epoque du Roi leopold II et perennise par le regime autocratique et dictatorial de joseph kabila des son accession au rang de chef supreme de la republique democratique du congo en 2001 apres l'assassinat de son pere adoptif feu laurent desire kabila jusqu'a nos jours. J'ai adhere ensuite au mouvement "sauvons le congo" preche par l'arshibishop Pasteur kutino fernando, vu l'etat dans lequel le pays s'etait plonge, il n'etait plus question de laisser mourir notre tres chere patrie la "RDC". De la, je mesuis rapproche de la grande organisation "uk citizens" une organisation fondee dans le but de redonner ou mieux redistribuer le pouvoir parmi le peuple. C'est au sein de cette organisation que j'ai pu faire ma formation de leadership pendant 3 mois, d'ou nous vienne plusieurs campagnes a vulgariser au sein de nos communautes respectives notamment les campagnes comme : city safe, housing rights, minimum et living wage etc... etc...

Fort de toutes les experiences passees au sein de tous ces mouvements de lutte pour apporter le changement voulu en temps voulu, j'ai alors lance mon propre groupe qui n'est autre que "GRCE" le groupement des ressortissants congolais de l'etranger ou mieux de ceux qui habitent en dehors de leur territoire d'origine. bon nombre de revendications vont peuvoir lors de l'avenement du GRCE avec notamment la constitution des ressortissants congolais de l'etranger en proposition par le MP de cette meme diaspora enrichis des debats et conferences ouleux avec d'autres compatriotes au sein meme de cette diaspora qui ne cesse de travailler d'arache-pieds pour la restauration d'un etat de droit en RDC.

Voici en effet cette fameuse charte elaboree a londres par votre humble serviteur toujours dans le souci de valoriser et d'elever le niveau de lutte ou combat pour assoir une vraie democratie au Congo :


CHARTE DES RESSORTISSANTS CONGOLAIS DE L'ETRANGER

PREAMBULE

Le Peuple Congolais represente ici par ses ressortissants vivant a l'etranger dit autrement diaspora congolaise, convaincu et voyant l'urgence de l'heure face a la crise multiforme survenue en RDC lors des differentes elections generales organisees au pays d'origine ainsi que face a l'exclusion et a la negation deliberee dont ils sont victimes de prendre part a la direction des affaires internes de leur pays d'origine comme le stipule l'article 13 de la charte des droits de l'homme et des peuples comme suit : " Tous les citoyens ont droit de participer librement a la direction des affaires publiques de leur pays, soit directement soit par l'intermediaire de representants librement choisis, ce, conformement aux regles edictees par la loi. Tous les citoyens ont egalement le droit d'acceder aux fonctions publiques de leurs pays. Toute personne a le droit d'user des biens et services publics dans la srticte egalite de tous devant la loi" et comme le stipule l'article 25 du pacte des droits civiques et politiques du citoyen : " Tout citoyen a le droit et la possibilite sans aucune des discriminations visees a l'article 2 et sans restrictions deraisonnables :

A) De prendre part a la direction des affaires publiques soit directement, soit par l'intermediaire de representants librement choisis.

B) De voter et d'etre elu au cours d'elections periodiques, honnetes, au suffrage universel et egal et au scrutin secret, assurant l'expression libre de la volonte des electeurs.

C) D'acceder dans les conditions generales d'egalite aux fonctions publiques de son pays; de ce fait nul ne peut etre exclu du droit de vote et d'eligibilite en raison de sa residence etablie a l'etranger qui est une exigence democratique. Conformement egalement a l'article 21 de la declaration universelle des droits de l'homme qui dit ceci : "Toute personne a le droit de prendre part a la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermediaire de representants librement choisis"; mais malheureusement l'union africaine ne sanctionne pas ou plus ses Etats membres dans la mise en oeuvre ou l'application de cette disposition et je me pose la question de savoir quel est vraiment son role fondamental en tant qu'institution internationale ?

Constatant ainsi la derive sur laquelle le pays voudriait s'engager ou s'est deja engage, les ressortissants congolais jadis voudriaient par la meme occasion proclamer recevable leur proposition et projet de societe rendu disponible a travers cette charte declarent ce qui suit :

Vu que les ressortissants congolais vivant a l'etranger dit aussi de la diaspora de partout le monde furent prives de maniere arbitraire par les gouvernants illegitimes de la RDC depuis pres de 45 ans du droit de vote ainsi que de la participation dans les affaires internes de leur pays d'origine; attitude caracterisee d'injustice, d'inegalite et d'exclusion deliberee de la part de ceux qui dirigent la RDC par defis; trouvent ici les raisons pourlesquelles ont eu le courage d'elaborer cette charte en vue d'exhorter les congolais vivant a l'etranger longtemps victimes de la negation de participer a l'exercice normal et legitime de leur influence au sein du cercle des decisions de leur pays d'origine declarent :

ARTICLE 1

Les ressortissants Congolais vivant a l'etranger doivent retabir leur droit sacre et civique du droit de vote aux elections generales de leur pays d'origine

car la citoyenneté s’exprime de façon privilégiée à travers le droit de vote et d’éligibilité parce que nul ne peut en être exclu en raison de sa résidence établie à l’étranger et que la participation politique des africains qui sont établis hors du territoire de leurs pays d’origine est une exigence démocratique.

ARTICLE 2

Les ressortissants Congolais vivant a l'etranger ont l'obligation d'interpeller toutes les institutions internationales en vue de plaider les causes nobles de la RDC en vue d'apporter des solutions salvatrices.

ARTICLE 3

Les ressortissants Congolais ont en outre le devoir d'erriger des permanences pour mieux s'organiser en se repertoriant et en se recenssant a travers differents types des mouvements.

ARTICLE 4

Les ressortissants congolais ont l'obligation de batir leur pays d'origine en y allant investir, construisant des routes de dessertes agricoles, des ecoles, des hopitaux, des dispensaires, des universites prives qui doit constituer pour eux leur droit de l'homme le plus elementaire.

ARTICLE 5

Les ressortissants congolais doivent venir en aide a leurs compatriotes arretes et incarceres dans les detentions et les prisons en vue de leur liberation sans condition, ni restrictions suivant la procedure judiciaire de chaque Etat la ou ils se trouvent.

ARTICLE 6

Les ressortissants congolais doivent veiller a ce que leur communaute ne puisse pas etre victime de discrimination dans les domaines sociaux, economiques, culturels, politiques, religieux ainsi que linguistiques.

ARTICLE 7

Les ressortissants congolais doivent prendre des mesures adequates pour resoudre les conflits communautaires qui peuvent surgir au sein de la communaute en evitant de recourir a la police mais de chercher des mediateurs et conseillers appropries qui peuvent aider a la resolution globale des crises et conflits intercommunautaires.

ARTICLE 8

Les ressortissants congolais doivent soutenir ceux qui connaissent des situations des detresses, des calamites, des desastres naturels et de deuil ou des maladies.

ARTICLE 9

Les ressortissants congolais doivent mettre en quarantaine tous les leaders vereux et versatiles ou demagogues qui ne recherchent que leurs interets et non celui de la communaute toute entiere.

ARTICLE 10

Les ressortissants congolais doivent exiger a toutes les institutions internationales telles que l'union europeenne, l'ONU, l'UNESCO, l'UNICEF et autres de ne pas ou plus financer les elections generales de leur pays d'origine a condition que les autorites legitimement elues envisagent de retablir le droit de vote de ses ressortissants vivant a l'etranger et que l'apartheid electoral de ces derniers soit abroge. Ce conformement aux dispositions de la declaration universelle des droits de l'homme et de la charte africaine des droits de l'homme et des peuples.

ARTICLE 11

LES RESSORTISSANTS CONGOLAIS RESIDANT A L'ETRANGER DOIVENT DENONCER TOUT COMPLOT MACHIAVELIQUE OU OURDI LAISSANT PRESAGER UN AVENIR INCERTAIN POUR CEUX QUI ONT CHOISI L'ETRANGER COMME LEUR SECONDE PATRIE AFIN D'Y TRAVAILLER, D'Y ETUDIER, D'Y DEMEURER ET D'Y INVESTIR QUE CA SOIT EN SEJOUR LEGAL OU ILLEGAL POUR NE PLUS TOMBER DANS LE PIEGE DE REFOULEMENT COLLECTIF, MASSIF ET HONTEUX COMME CELUI DE NOS COMPATRIOTES QUI RESIDAIENT A BRAZZAVILLE AU CONGO DE TRISTE MEMOIRE.

ARTICLE 12

Les ressortissants congolais residant a l'etranger doivent maintenir un embargo total sur les artistes congolais notamment les musiciens, les comediens, les peintres, les pasteurs, les evangelistes, les apotres, les ecrivains et autres surtout les pasteurs des eglises soi-disant de reveil mais reellement des sommeil de ne plus prester dans l'espace de la diaspora congolaise que ce soit a titre officiel ou discretionnel jusqu'a ce qu'ils commencent a precher ou denoncer l'etat d'occupation, de sous-tutelle, des conflits armes dont fait etat la RDC et qu'ils mobilisent, sensibilisent et conscientisent tout le peuple congolais sur la gravite qui guette la nation congolaise a savoir la menace de balkanisation, d'emiettement, d'implosion et d'apartheid du pays.

ARTICLE 13

Les ressortissants congolais residant a l'etranger doivent peser de tout leur poids afin de changer radicalement la persuasion ou la mentalite de l'histoire ecrite par les colonisateurs notamment celle de la contrefacon religieuse pour la ramener a la vraie spiritualite noire Bantous originale en reecrivant des nouveaux livres decrivant reellement la vraie histoire du peuple noir.

ARTICLE 14

Les ressortissants congolais vivant a l'etranger doivent defendre a tout prix une nouvelle politique evangelique dite "l'empecheologie" c'est-a-dire l'art de combattre les imperialistes, les multinationales, les occupants ainsi que leur marionnette de pouvoir continuer a perenniser leur sale besogne de destruction totale ou partielle du peuple africain et mettre en detour toute tentative sombre, machiavelique et hegemonique visant a remettre en cause l'emancipation, l'emergence, la croissance et le developpement du continent africain tout entier.

ARTICLE 15

Les ressortissants congolais vivant a l'etranger ont l'obligation de formaliser une farouche resistance contre tout individu ou groupe d'individu qui essaie de prendre le pouvoir et de s'y maintenir par la force tendant a l'exercer en violation de la disposition constitutionnelle en vigueur au pays d'origine en menant des campagnes de desobeissance civiles et de soulevement populaire y compris de journee ville morte pour liberer le peuple congolais en etat d'otage perpetuel.

En tant que representant du MIRGEC, il sied de rappeller ici combien le role preponderant que j'ai joue dans le but de concientiser, de mobiliser et de sensibilser tous nos compatriotes sur l'aulocoste oublie et jamais reconnu jusqu'a nos jours par la communaute internationale a savoir la reconnaissance effective du genocide congolais ou plus de 10 millions des congolais sont morts a travers les guerres d'agression a plusieurs episodes notamment dans la partie EST du pays remontant ainsi du temps de leopold II ou plus de 6 millions des congolais sont morts dans les memes circonstances mais cette fois-la dans l'indifference totale de tous parce que-la les congolais devraient repondre et payer le prix de l'exploitation de leur pays a travers le pompage ou mieux l'afflux d'extractions de toutes leur ressources naturelles, de leurs richesses tant du sol que du sous-sol en vue de construire la Belgique qui etait vue a l'epoque comme leur metropole. Apres la mort de leopold II eh bien c'etait au tour de la Belgique de perenniser cette sale besogne d'exploitation illegale et anarchique des richesses du sol et du sous-sol congolais pour le bien d'abord de la Belgique au detriment des BAKOLOMABELE et des BAKOLOMBOKA de maniere arbitraire et indefiniment.

Quoi qu'on se le dise les fais sont la car ils sont palpables mais peu des belges ne voient pas encore ou ne reconnaissent pas encore et continuent de nier toute responsabilite et implication dans la perpretation sanguinaire des crimes odiaux commis avant, pendant et apres la colonisation du Congo. Sera-que les congolais n'ont pas droit ne fus-ce-que d'un geste de pardon ou d'excuse de la part de la Belgique ? Et apres que la reconnaissance de ce genocide soit effective, les congolais n'ont-ils pas droit a reparation ou indemnite ? Parce qu'a voir la reaction ou le comportement des congolais jusqu'a nos jours, beaucoup se demande si un jour la Belgique pourrait faire demande honorable aux congolais ?; car la reparation en soit suppose quoi ? que les personnes concernees puissent retrouver le sentiment de maitrise de leur vie et etablir ou retablir des nouvelles relations qui pourront etre fondees sur le respect, l'egalite et la liberte car jusqu'a maintenant c'est le contraire qui se passe. Meme en terme d'indemnisation, cela ne constitue pas et ne suffira pas a etre considere comme une forme de reparation en tant que telle. Est-ce-que les belges voient -ils cela sous ce meme angle en terme d'egalite ? c'est-a-dire de traiter d'egale a egale avec les congolais ? Est-ce-que les congolais sont-ils prets de sortir de cette position ou de cet etat de victimisation un jour a l'autre ? Voila pourquoi dans le meme ordre idee, en date du 30 juin 2013, j'ai introduit un memorandum a l'occasion de la conference de la RDC face aux menaces de balkanisation comme-suit :


Représentation de Londres (UK)
Siège : 197 Piccadilly, London W1J 9LL
Tél : 07404014715
E-mail : bienvenumassamba15@yahoo.co.uk
Web-site : www.diasporanabisomoko.com

Objet : Mémo du MIRGEC sur la situation de la République Démocratique du Congo face aux menaces de sa balkanisation ou implosion.
Piste des solutions efficaces afin d'y remédier.

Mémorandum de Monsieur Bienvenu Massamba représentant de l'Asbl MIRGEC et député de la diaspora congolaise de UK (membre effectif de plusieurs mouvements d'oppositon congolaise en Angleterre).
A l'occasion de la tenue à Londres de la conférence sur la RDC face aux menaces de balkanisation et d'implosion, nous entendons apporter notre modeste contribution afin d'indiquer des pistes de solutions à cette crise multiforme qui sévit au Congo, précisément à l'est du pays.
En ma qualité de représentant légal du MIRGEC dont le Président fondateur se trouve basé à Bruxelles au Royaume de Belgique, je voudrais en tant que député (MP) pour les anglais de la diaspora congolaise de UK et combattant pour la liberté et la vraie démocratie, du peuple congolais marginalisé, défenseur des droits humains et de la sauvegarde des libertés fondamentales, je me fais le devoir patriotique d'apporter de part ma connaissance et mon expérience de la région des grands lacs, ma petite contribution concrète en vue de concourir à la résolution de la grave crise qui secoue la RDC notre patrie et plus précisément dans sa partie orientale ( au Kivu)
En effet, ayant depuis longtemps remarqué que cette partie du pays constitue et a toujours constitué le point de départ de toute incursion des armées étrangères des pays de la sous-région avec pour but; déstabiliser l'appareil de l'Etat Congolais.
A cet effet, je me réjouis finalement de la manière dont l'éveil patriotique s'est manifesté dans le chef du peuple congolais de partout le monde.
Depuis les élections présidentielles frauduleuses du 28 novembre 2011, tous les congolais épris de paix et habité par le souci du développement de la RDC, par celui de vouloir se prendre en charge et à pouvoir dénoncer sans détour les causes de l'instabilité de notre pays .
Mon propos va s'appesantir dans une première partie sur un constat de la situation qui prévaut sur place c'est à dire sur le terrain. Dans une deuxième partie , je développerai mon propos sur les pistes de solutions efficace à apporter à cet effet.
Constats :
Considérant que la tenue de cette conférence sur la RDC face aux menaces de balkanisation et d'implosion s'inscrit sur un moment très capital de l'histoire de notre pays; a savoir le contentieux des dernières élections générales organisées en 2011 qui jusqu'aux jours d'aujourd'hui posent des problèmes de légitimité du pouvoir et ceux dans un contexte de conflits en cours dans la partie Est du pays. Il vous revient en mémoire que ces élections étaient censées mettre en place des institutions publiques de la IV république parcequ'ayant suscitées énormément d'espoir dans tous les congolais qui aspiraient vivre dans un pays avec une culture réellement démocratique ou le pouvoir et l'opposition jouent sans problème et en toute sérénité leur rôle de bonne gouvernance . Ici les critiques constructives ainsi que la vigilance du peuple relève sa plus grande importance et les droits du citoyen sont respectés selon le principe d'un état de Droit. Ainsi la sécurité tant physique que juridique des citoyens est garantie par l'autorité publique. En effet, l'histoire du Kivu n'a cessé d'alimenter des querelles et des affrontements depuis l'indépendance jusqu'à ce jour.La politique de divisionnisme se doit d''être à jamais bannie dans notre pays. L'armement d'une fraction de la population manipulée conduit irrésistiblement à des conflits interethnique; inutilement meurtriers. Vous remarquerez que depuis 1960 à nos jours, cette province du Kivu n'a cessé d'être la cible des politiciens et étrangers .Il est temps de mettre fin à jamais à la violence dans cette partie du pays qu'est le Kivu.
Pour moi, le défi majeur auquel il nous faut faire face est la crise de gouvernance. Il faut pour un Congo fort , une bonne et meilleure gouvernance . Tenant compte des enjeux de l'heure, nous avons jugé bon et utile d'élaborer le présent mémorandum afin de l'adresser à notre cher peuple congolais ainsi qu'a tous ceux qui s'intéressent aux problèmes de la RDC. En élaborant ce travail, notre soucis fondamental est d'éveiller la conscience de tout congolais afin d'éviter de retomber toujours dans les erreurs du passé pour créer une Nation forte, libre et prospère ou tout congolais sera traité à sa juste valeur, dans le respect strict des droits de l'homme et de la démocratie. C'est dans ce cadre que nous avons jugé bon , saisir cette occasion pour proposer nos analyses, critiques et recommandations concernant la situation actuelle de la RDC notre pays. Point n'est besoin de vous rappeler le cheminement de notre nation, en commençant par la création de ce territoire baptisé l'Etat Indépendant du Congo (EIC) d' août 1885 à 1908, lequel changea d'appellation pour devenir Congo Belge de 1908 a 1960 période pendant laquelle le roi Léopold II cèda le Congo à la Belgique. Cette dernière en faira sa colonie en vue de pérenniser son exploitation pendant plusieurs années jusqu'au 30 juin 1960 jour de l'indépendance camouflée par la Belgique. Une période d'incertitude va s'instaurer encore en date du 24 novembre 1965 ou le Général Joseph Désiré Mobutu réalisera son coup d'état en écartant du pouvoir le premier président congolais de l'époque, Monsieur Joseph Kasa-Vubu. De 1965 au 17 mai 1997, le régime de Mobutu va regner en maître absolu pour tirer sa révérence à l'occasion de l'entrée de l'AFDL dirigée par Mzee Laurent Désiré Kabila .
Voici à cet effet nos vives recommandations. Elles se présentent comme suit : “Nous plaidons pour“ :
- La libération de tous les prisonniers politiques ou d'opinion au Congo.
- La publication des enquêtes sur les massacres et assassinats de Minova, des membres de la secte Bundu Dia Kongo au Bas-Congo, des viols, des tueries post électoraux et pré électoraux à l'issue du retour du Président de l'UDPS : Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA à Kinshasa le 26 novembre 2011.
-la création de la commission vérité et réconciliation, comme ce fut le cas en Afrique du Sud à la fin de la politique d'Apartheid; avec le Truth Reconciliation Commission , en sigle TRC.
- Voter la loi sur la reforme de l'armée, la police, l'administration et la justice.
- La Lutte contre l'impunité, la corruption, le détournement de fonds publics et la fraude douanière afin d'améliorer les recettes du trésor public.
- Mettre en place une structure véritable cour des comptes afin de mieux favoriser l'AUDIT des entreprises publiques et ceci à tous les niveaux, local,provincial, national...
- Réorganiser et relancer dans le respect de la charte de l'union africaine et de la charte de l'ONU ; le CEPGL afin de rendre efficace la région des grands lacs.
- Une décentralisation du pouvoir ( à la manière des Etats fédéraux et entités fédérées aidera à rendre les provinces autonomes).
- La Réconciliation et la consolidation de l'Etat passent par l'application stricte et effective des résolutions de la CNS . L'expérience du passé nous apprend qu'aborder des dossiers sensibles tels que “la nationalité”, “les biens mal acquis”sans en trouver des remèdes appropriés ne pourrait qu'alimenter des envies de destruction à cause des frustrations enregistrées. Il est impérieux pour les filles et fils du Congo de contribuer à l'instauration d'une paix durable. Il va falloir à cet effet, favoriser l'esprit de réconciliation, afin d'écarter des esprits toute tendance à instrumentaliser voire à alimenter d'inutiles conflits futurs. A propos de la nationalité, l'applicabilité de la loi d'installation des nouvelles peuplades au moment de l'indépendance mérite réflexion, ainsi que la tenue d'un pré-dialogue principalement sur la problématique de la nationalité congolaise au Kivu. S'agissant de la réconciliation, l'expérience de l'Afrique du sud pourrait être étudiée. Parachever l'œuvre de la CNS à la faveur d'une véritable et sincère réconciliation nationale. C'est ainsi que notre Mouvement propose , la création d'une vraie administration de proximité, d'une armée plus proche et soucieuse du peuple ainsi que l'instauration d'une police nationale véritablement républicaine. Nous plaidons par conséquent pour l'instauration d'un véritable Etat de droit seul Etat capable d'enterrer définitivement la hache de guerre.
-Notre Mouvement :le MIRGEC reclame avec insistance LA RECONNAISSANCE EFFECTIVE DU GENOCIDE CONGOLAIS car plus de 10 millions de Congolais sont morts du fait des différentes guerres imposée au Congo. Ceci a été même indiqué dans le Mapping report de l'ONU . Depuis 1996 jusqu'à ce jour plusieurs congolais sont morts par le fait de la guerre au Congo et ses conséquences .
- Le départ de la mission des Nations Unies (MONUSCO) ; une mission ousienne inutile et établie en RDC depuis maintenant plus de 10 ans. Nous constatons par ailleurs que la MONUSCO au lieu de faire le vrai travail de protection des populations civiles ,malheureusement , elle s'évertue à commettre d'inombrables actes odieux au vu et au su de tous.C'est dommage !
- La création d'un tribunal pénal congolais instruit uniquement que pour juger et poursuivre les commanditaires des crimes contre l'humanité, des crimes de génocide et crimes de guerre commis en RDC.
- La reforme de l'administration publique en mettant en place des outils de la dernière technologie tels que les ordinateurs au niveau de chaque commune ou au niveau des services des provinces afin de contrôler le taux de natalité et de mortalité de la population afin d'éviter les erreurs du passé.
Concernant le problème relatif à la nationalité congolaise et de citoyenneté congolaise. Nous proposons à la vraie assemblée nationale ( parlement central congolais) de mettre en place des moyens de vulgariser nos langues nationales afin d'exiger aux communes de chaque province de procéder aux traductions des certificats de naissance ou de décès en langue nationales comme en lingala, en swahili, en tshiluba et en kikongo selon les spécificités de chaque province.


Fait à Londres le 29 juin 2013

Bienvenu Massamba (MP) de la communauté congolaise de UK et représentant légal l'association MIRGEC (mouvement indépendant de la reconnaissance du génocide congolais)

- LA RDC FACE AUX VIEUX DEMONS ET MENACES DE BALKANISATION :


LES SOCIETES MULTINATIONALES EN RDC a la base de La Balkanisation.

Les Multinationales en République Démocratique du Congo ont contribués en une certaine partie à l'élaboration du projet de la balkanisation et cela ne peut être bien constaté que quand nous aurons un petit aperçu d'abord sur la période coloniale et ensuite sur la période allant de 1996 à nos jours.

1.1. Historique sur l'origine de l'idée de la Balkanisation en RDC

Ce « vaste projet » de balkanisation de la République Démocratique du Congo est vieux. C'est une idée machiavélique qui tire son origine de la Conférence de Berlin de 1885 dont l'Acte Général est la colonisation était le partage de l'Afrique par les pays occidentaux les considérant comme un grand marché des puissances occidentales. Pendant cette même conférence, l' Afrique est déclarée « res nulliu s », c'est-à-dire chose n'appartenant à personne. Ce qui permit aux Européens de "se servir officiellement et sans scrupules".

Mais il faut préciser que l'idée de la balkanisation en se temps là visait en fait une privatisation d'un milieu moins peuplé qui regorge des richesses, alors qu'entre 1885 à 1889 le Congo avait perdu une bonne partie de la population qui furent tirée par l'esclavage ou la traite des noirs. Le pays si grand se retrouvait presque vide à l'intérieur et contenait des richesses que les grandes puissances commençaient à peine de découvrir. D'où la décision des grandes puissances de balkaniser la RDC. Et chacun trouvant la répartition des parts dans l'exploitation importante avança des idées et point de vue différentes.

Parmi ceux qui avancent leur point de vue, figure les Etats-Unis, qui prirent de l'avance à la conférence de Berlin, le 24 Avril 1884, pour proposer la reconnaissance du Congo comme Etat, mais plus précisément comme Etat fédéral en avançant l'idée qu'il y a existences des empires et plusieurs tribus qui sont constitués de différentes entités coutumières. L'idée de la fédéralisation à cette époque ne pouvait qu'amener à beaucoup de réflexions. Le Congo, reconnu comme Etat devenait en ce moment là, juridiquement parlant bénéficiaire des prérogatives que devait avoirs un Etat comme tous les autres à ce moment là23(*).

Après la conférence de Berlin, le Congo fut nommé propriété privé du roi Léopold II, chose qui ne sembler vrai car il ne fut pas le seul à posséder le Congo ou à l'exploiter à cette époque. Les grandes puissances se représentaient avec 63 multinationales qui avaient signé des contrats avec lui pour l'exploitation du Congo. En fait il ne servait que le rôle de gestionnaire ou superviseur qui avait des droits et responsabilités24(*).

Vers le début du 20ième siècle Il y eut cependant des protestations çà et là de la part certains congolais et plusieurs étrangers, notamment de la part de plusieurs journalistes étrangers qui s'intéressaient ou était spécialistes à l'histoire du Congo : comme le journaliste anglais du West Africain mail Edmond MOREL, l'écrivain Mark TWAIN, du diplomate britannique Roger CASEMENT, dont le rapport de 1904 condamnait les pratiques en vigueur au Congo.

Bref, plus d'une personne lèvera sa voix contre ces traitements qui allaient à l'encontre des principes fondateurs de l'État. Avec le temps, les protestations vont se multiplier et le besoin d'obtenir l'indépendance sera plus évident et exigé. De nombreuses personnalités Congolaises de cette époque se dressèrent contre cette oppression dès son origine. C'est l'exemple de Nzinga Nkuwu, Mpanzu a Nzinga, plus tard de Kimpa Vita jusque Simon Kimbangu et malheureusement, ils en payeront le prix fort de leur vie.

Malgré le ravissement du Congo de la main de Léopold II, les multinationaux continuèrent de garder les droits d'exploitation du Congo. Le pays connaitra des changements de statuts ou appellations mais les problèmes antérieurs ne seront jamais finis
DEPUIS PLUS DE DEUX DECENNIES LA RDC PLUS PARTICULIEREMENT DANS SA PARTIE “EST” CONNAIT UNE INSECURITE PERMANENTE ET BIEN SECURISEE. L'HISTOIRE NOUS RENSEIGNE QUE TOUT SOULEVEMENT PARTANT DE L'EST DU PAYS SE TERMINE TOUJOURS A KINSHASA (L'OUEST DU PAYS). SANS PAIX, IL EST IMPOSSIBLE DE SE DEVELOPPER, IL EST IMPRATICABLE D'AVOIR DES PERSPECTIVES D'AVENIR, FAISANT FACE A DES CONFLITS DE TOUT GENRE VENANT PAR NOUS-MEMES D'ABORD ET ENSUITE PAR LES AUTRES, FAISANT FACE AUX MENACES DE BALKANISATION : JE ME POSE UNE QUESTION :
SERA QUE LA BALKANISATION POURRAIT VENIR PAR NOUS-MEMES OU DE L'EXTERIEUR ? UN GRAND ECRIVAIN DISAIT CECI JE CITE : “C'EST LORSQU'UN GROUPE SOCIAL TRAVERSE UNE PERIODE DE CRISE, DE MALAISE, D'INSATISFACTION; LORSQU'IL EST MENACE DANS CES CONDITIONS D'EXISTENCE QU'IL VA AFFIRMER, DEVELOPPER, RENFORCER SA COHESION, LES LIENS DE SOLIDARITE, LES RELATIONS D'INTERDEPENDANCE DE SES MEMBRES, BREF C'EST LORSQU'UNE SOCIETE SE SENT ATTEINTE DANS SON EXISTENCE, DESORGANISEE; LORSQUE SES PROPRES MECANISMES DE REGULATION SONT MIS EN DEFAUT PAR DE NOUVEAUX MODES D'ORGANISATION PROJETS OU DÉJÀ INSTITUES, QU'ELLE REAGIT POUR LES PRESERVER”. VOILA CE QUI MERITE MON ANALYSE SYSTEMATIQUE MISE EN PLACE AFIN DE COMPRENDRE ACTUELLEMENT QU'EST-CE-QUI NOUS EMPECHE DE REAGIR COMME UN SEUL HOMME AYANT EN SOI UNE MEME IDENTITE, LAQUELLE REQUIERE A TOUT CONGOLAIS DE SE PREVALOIR DES DROITS ET DEVOIRS DE CITOYEN CONGOLAIS COMME L'EXIGE LA CONSTITUTION EN VIGUEUR EN RDC, A SAVOIR; Respecter la constitution qui stipule ceci : Nul n'est censé ignorer la loi.
Toute personne est tenue de respecter la Constitution et de se conformer aux lois de la
République. Tout Congolais a le droit et le devoir sacré de défendre le pays et son intégrité territoriale face à une menace ou à une agression extérieure.
Un service militaire obligatoire peut être instauré dans les conditions fixées par la loi.
Toute autorité nationale, provinciale, locale et coutumière a le devoir de sauvegarder l'unité de la République et l'intégrité de son territoire, sous peine de haute trahison.
Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d'individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la présente Constitution. Toute tentative de renversement du régime constitutionnel constitue une infraction imprescriptible contre la nation et l'Etat. Elle est punie conformément à la loi.
Sans préjudice des autres dispositions de la présente Constitution, il y a haute trahison lorsque le Président de la République a violé intentionnellement la Constitution ou lorsque lui ou le Premier ministre sont reconnus auteurs, co-auteurs ou complices de violations graves et caractérisées des Droits de l'Homme, de cession d'une partie du territoire national. Il y a atteinte à l'honneur ou à la probité notamment lorsque le comportement personnel du Président de la République ou du Premier ministre est contraire aux bonnes mœurs ou qu'ils sont reconnus auteurs, co-auteurs ou complices de malversations, de corruption ou d'enrichissement illicite.
Il y a délit d'initié dans le chef du Président de la République ou du Premier ministre lorsqu'il effectue des opérations sur valeurs immobilières ou sur marchandises à l'égard desquelles il possède des informations privilégiées et dont il tire profit avant que ces info(mations soient connues du public. Le délit d'initié englobe l'achat ou la vente d'actions fondés sur des renseignements qui ne seraient jamais divulgués aux actionnaires.
Il y a outrage au Parlement lorsque sur des questions posées par l'une ou l'autre Chambre du Parlement sur l'activité gouvernementale, le Premier ministre ne fournit aucune réponse dans un délai de trente jours.
La décision de poursuites ainsi que la mise en accusation du Président de la République et du Premier ministre sont votées à la majorité des deux tiers des membres du Parlement
composant le Congrès suivant la procédure prévue par le Règlement intérieur.
La décision de poursuites ainsi que la mise en accusation des membres du Gouvernement sont votées à la majorité absolue des membres composant l'Assemblée nationale suivant la procédure prévue par le Règlement intérieur.
Les membres du Gouvernement mis en accusation, présentent leur démission.

En cas de condamnation, le Président de la République et le Premier ministre sont déchus de leurs charges. La déchéance est prononcée par la Cour constitutionnelle.
Pour les infractions commises en dehors de l'exercice de leurs fonctions, les poursuites contre le Président de la République et le Premier ministre sont suspendues jusqu'à l'expiration de leurs mandats. Pendant ce temps, la prescription est suspendue.
Tout Congolais est tenu de remplir loyalement ses obligations vis-à-vis de l'Etat.
Il a, en outre, le devoir de s'acquitter de ses impôts et taxes.

Tout Congolais a le devoir de respecter et de traiter ses concitoyens sans discrimination
aucune et d'entretenir avec eux des relations qui permettent de sauvegarder, de promouvoir et de renforcer l'unité nationale, le respect et la tolérance réciproques.
Il a, en outre, le devoir de préserver et de renforcer la solidarité nationale, singulièrement
lorsque celle-ci est menacée.

Tout Congolais a le devoir de protéger la propriété, les biens et intérêts publics et de respecter la propriété d'autrui.

Le Congolais ou la Congolaise forts et garnis de ces prérogatives, doit prendre toutes les dispositions qui s'imposent et doit prendre autorité a toute forme de menace de balkanisation venant soit de l'intérieur ou de l'extérieur afin d'asseoir un Etat fort, prospère, unitaire, de droit pour une gouvernance plus sensible a l'écoute du Peuple (souverain primaire), a l'exécution de son programme de croissance en vue d'atteindre plus vite le développement voulu pour que enfin la RDC puisse retrouver sa place de mérite au cœur de l'Afrique, de grande puissance regorgeant des ressources naturelles pouvant lui propulser et lui donner le statut de super puissance toujours en gestation. Levons-nous tous pour dire non, non trop c'est trop ! Non a la balkanisation de la RDC sous quelque forme que se soit. La conjugaison quotidienne de ces quelques articles fera en sorte qu'il y ait éveil de la conscience nationale qui va engendrer l'identité collective.

Partager cet article

Repost 0
Published by diasporanabisomoko.com
commenter cet article

commentaires