Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 14:44
BRUXELLES : MAITRE  WILKENS ALHONGO PROPOSE LE FORUM SOUVERAIN POUR LE SAUVETAGE DE LA DEMOCRATIE CONGOLAISE EN LIEU ET PLACE DU DIALOGUE !

FORUM SOUVERAIN POUR LE SAUVETAGE DE LA DEMOCRATIE CONGOLAISE, F.S.S.D.C

Notre pays la République Démocratique du Congo traverse des moments très difficiles de son histoire. Des étrangers ont pris la direction de notre Etat au mépris des règles élémentaires de démocratie. A cause des faits ci-haut cités, le pays connait une situation : politico-économico-sociale très difficile. En vue de l’aider à sortir de la crise multiforme qui le secoue actuellement ; j’ai imaginé une solution pacifique en vue de sauver des vies humaines, la République Démocratique du Congo et sa démocratie. Au demeurant et étant donné que tous les Sénateurs congolais y compris le Président du Sénat actuel en RDC : Monsieur Léon , KENGO WA DONDO sont hors mandat populaire car ils ont été élus en 2002 pour 5ans ; c’est-à-dire jusqu’en 2007 ; aucun des Sénateurs congolais actuels ne peut prétendre, comme l’indique la constitution en vigueur en RDC : Article 75 « En cas de vacance pour cause de décès, de démission ou pour toute autre cause d’empêchement définitif, les fonctions de Président de la République, à l’exception de celles mentionnées aux articles 78, 81 et 82 sont provisoirement exercées par le Président du Sénat.» , à une éventuelle conduite de la transition en cas de vacance du poste de Président de la République Démocratique du Congo car tous les Sénateurs congolais actuellement sont illégaux et illégitimes. Il en est de même du président de fait au pouvoir à la tête de la République Démocratique du Congo à savoir : Hippolyte KANAMBE alias joseph kabila. Ce dernier dirige le pays par défi et n’a jamais gagné les élections présidentielles en RDC. C’est un imposteur, un usurpateur et un président criminel, Rwandais (étranger) qui a fait tuer plusieurs de nos compatriotes congolais.
A titre exemplaire nous pouvons citer les morts comme celles de : Floribert CHEBEYA, Fidèle BAZANA, Armand TUNGULU, Colonel Mamadou NDALA, Général Félix BUDJA MABE, Alain MOLOTO etc.
Etant donné que le président de fait Hippolyte KANAMBE alias joseph kabila, vient de faire preuve de sa très mauvaise foi en n’organisant pas les élections dans le délai constitutionnel ( car , les Autorités au pouvoir en R.D.C. commencent déjà à dire qu’il n’y a pas d’argent pour organiser les élections au Congo en 2016 ) , alors qu’il a eu : et le temps matériel nécessaire et les moyens financiers ( la revue américaine FORBES renseigne qu’il a détourné au préjudice du peuple congolais plus de 15 milliards de Dollars américains ( La fortune de « Joseph Kabila » estimée à 15 milliards $US. C’est une information donnée par le magazine américain Forbes (www.forbes.com). ); il ne pourra en aucun cas diriger la RDC pendant cette période transitoire post FSSDC.
A cet effet, UNE TRANSITION SOUVERAINE s’avère pour le moment très indispensable à partir du mois de septembre 2015 jusqu’au mois de septembre 2016 ou dans un délai minimal de six (6) mois. En vue de mesurer le degré élevé de la tragédie congolaise, plusieurs éléments peuvent en témoigner l’existence telle que l’indiquent les extraits de la déclaration faite par les évêques du Kivu (Maniema, Nord et Sud-Kivu), à Butembo, au terme d’une réunion de 7 jours centrée sur l’insécurité dans la région :
« Chaque jour les tueurs imaginent et mettent en œuvre des pratiques de plus en plus cruelles : enfants mutilés, gorges tranchées, femmes enceintes éventrées, familles décimées à la machette ou à la hache ». « Les objectifs des bourreaux sont clairs : Dans un contexte d’une mafia économique et d’un affairisme politico-militaire alimenté par les pillages à grandes échelles d’abondantes ressources naturelles, ils sèment une terreur d’épuration systématique des personnes, mettent en place une stratégie de déplacement forcé des populations en vue d’occuper progressivement leurs terres et d’y installer des foyers d’intégrisme religieux et des bases d’entrainement terroriste ». « Nous regrettons que la sécurité, la paix et l’intégrité territoriale ne soient pas inscrites parmi les priorités des autorités du Congo ». « L’État laisse pourrir la situation à l’Est du pays », « aucune action concrète ne suit ». Les évêques s’interrogent : « le gouvernement serait-incapable, démissionnaire ou complice ? ». Source : Radio Vatican (fr.radiovaticana.va)
Le Congo connait actuellement, l’une des plus grandes tragédies de l’histoire de l’Humanité où plusieurs millions de personnes sont mortes, des millions de femmes violées et les violences sexuelles banalisées. La dignité de la femme congolaise est bafouée. Des femmes enceintes éventrées, des bébés massacrés et mutilés. Des vies humaines complètement détruites, des communautés entières ébranlées et des ethnies décimées. Des familles brisées, des assassinats fréquents des journalistes : exemples : Franck NGYKE, BAPUWA MWAMBA, Serge MAHESHE…et des militants des droits de l’Homme tels que : Floribert CHEBEYA, Fidèle BAZANA, …
Les emprisonnements des opposants politiques : Gabriel MOKIA (libéré) , DIOMI NDONGALA ( encore en détention), Bertrand EWANGA (encore en détention ), … alors que ceux qui ont tués massivement à l' Est du pays comme les membres du groupe armé : M23- soutenu par la Rwanda et l’Ouganda- sont amnistiés.
L’exploitation hémorragique des ressources naturelles :minerais de sang (Voir rapports de l’ONU sur l’exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC) Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo , le rapport final du Groupe élaboré en application de l’alinéa d) du paragraphe 18 de la résolution 1807 (2008) du Conseil de sécurité ,signé par Jason Stearns , Dinesh Mahtani , Mouctar Kokouma Diallo, Peter Danssaert , Sergio Finardi S/2008/773 08-61878 3 R .
Une armée en déliquescence - infiltrée par des militaires rwandais, ougandais et autres- incapable de défendre le peuple et la Nation. Prolifération inquiétante des bandes armées, une paupérisation aggravée de la population congolaise. Des indicateurs socio-économiques catastrophiques. Plus récemment, les tueries des centaines de citoyens à Beni (Nord- Kivu) et la découverte des fosses communes en RDC, précisément à Maluku (Kinshasa) - où plus de 400 corps humains sans vie ont été ensevelis nuitamment)- à Kimbembe, à Kimwenza…
Des guerres ethniques entre les communautés (entre HIMA et LENDU), les viols collectifs à Moanda (Bas-Congo).
La suppression de la liberté de presse. Des massacres massifs des manifestants pacifiques et démocratiques (A Kinshasa, du 19 au 21 janvier 2015 et à Goma, le 22 janvier 2015). Les élections chaotiques, ensanglantées (Voir les tueries de la population kinoise le 26 Novembre 2011), frauduleuses ou contentieuses (Voir la déclaration des Evêques congolais le lendemain de la publication des résultats de l’élection présidentielle en 2011).
Des menaces, des intimidations et des meurtres. L’infiltration à grande échelle de l’armée, et cela à différents échelons de commandement « Voici la liste des 11 taupes rwandaises arrêtées par le SARM entre 1996 et 1997:
1) Colonel Bivengeti, il est actuellement promu Général de Brigade à l ́Auditorat Militaire des FARDC
2) Major Rwasibo, ancien commandant Base Logistique des FAZ, il est actuellement «Conseiller militaire» d ́Azarias Ruberwa et membre de l’Etat-major parallèle du «Tutsi power» à Kinshasa.
3) Capitaine Assoni, ancien Officier de Renseignement (OR) à l ́EMG des FAZ, il est actuellement promu Colonel et chef d’Etat-major au Sud-Kivu.
4) Lieutenant Mastaki Mobiriki, ancien Commandant de Compagnie au sein du 311ème, 312ème Bataillon Para au Camp CETA à Ndjili, il a été tué lors des opérations de la 2e invasion rwandaise du 02 Août 1998
5) Major Bora Uzima, ancien de la DSP, il est actuellement promu Général de Brigade. Il est aussi l’un de principaux présumés responsables de la mort de L.-D. Kabila que «Joseph Kabila» avait réussi à faire fuir du cachot de GLM à Gombe.
6)Lieutenant Barendere, ancien Commandant de Compagnie de la Gendarmerie Nationale à Kahungula, il est actuellement promu Colonel et Officier de Renseignement (OR) au sein de la Direction des Renseignements Généraux et Speciaux (DRGS) de la Police Nationale Congolaise (PNC)
7) Lieutenant Bisengimana, ancien Commandant Second de Compagnie à la Garde Civile, il est actuellement promu Général Major et Inspecteur Général de la Police Nationale Congolaise (PNC); c’est lui le chef de l’Etat-major parallèle, constitué exclusivement d’officiers tutsis rwandais, et qui commande et dirige effectivement l’Armée et la Police nationales congolaises.
8) Sous-lieutenant Kanold, actuellement promu Colonel et Officier de Renseignement au sein des services spéciaux de la Direction des Renseignements Généraux et Spéciaux de la PNC (DGRS).
9) Adjudant Chef Twahirwa, ancien sous-officier au 312ème Bataillon Para au Camp CETA et à l ́école de Transmissions. Nous n’avons pas retrouvé ses traces jusqu’à ce jour.
10) Premier Sergent-major Kabukeyi, ancien sous-officier de Renseignement au DSR (Détachement Spécial des Recherches) dans le SARM. Aucune trace,
11) Caporal Tagar » Source : APARECO
Ensuite, nous avons des militaires rwandais tels que : Général Bosco NTAGANDA (actuellement en détention à la CPI), Général NKUNDA BATWARE (actuellement protégé au Rwanda ), KIJEGE MALICK , MASUNZU, MUSTAPHA MUKIZA.

Les soldats n’ont plus confiance en leurs commandants. Le peuple ne croit plus en ses dirigeants. La Nation Congolaise se trouve dans un gouffre inimaginable. Le régime en place avec Hippolyte KANAMBE alias joseph kabila à la tête du pays depuis 14 ans est incapable d’assurer la sécurité du peuple et de restaurer l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire. Dans ce contexte, on ne peut plus, incertain et dans un tel environnement socio-politico- sécuritaire, Il est impossible d’organiser des élections crédibles et apaisées. Pire encore, pendant que ces échéances électorales se pointent déjà dans moins d’une année et quelques mois, rien n’est prêt. Et, rien ne sera prêt sans aucun doute. On s’achemine tout droit vers une grosse catastrophe ; vers un cul de sac malgré les différentes tractations qui se font autour d’un pseudo dialogue congolais. Le régime en place dispose de la majorité au Sénat et à la chambre basse (Assemblée Nationale). Hippolyte KANAMBE alias joseph kabila nomme le Premier Ministre et, les ministres. Il gère le budget. Il a le commandement de l’armée… et dispose du pouvoir absolu. Pourquoi cherche-t-il à négocier? Lui qui a pendant 14 années dirigé le Congo des mains de fer ? Demander à dialoguer avec l’opposition est un aveu d’échec. Quatorze années d’assassinats. Quatorze années de destruction. Quatorze années de pillages, des massacres ; et cela en toute impunité. Notre pays le Congo continue à saigner. Il est temps qu’on arrête l’effusion du sang des innocents. Le moment est venu de guérir notre Nation. Il ne s’agit plus d’une question politique, mais plutôt d’une urgence humanitaire. Il faut sauver des vies humaines. Il faut prendre des décisions exceptionnelles face à un drame d’une gravité exceptionnelle. L’option salvatrice s’avère être pour moi, UNE TRANSITION SOUVERAINE en RDC. Pour protéger les vies humaines, il est urgent et impératif de designer une équipe capable d’apporter des solutions efficaces et rapides. Le Congo dispose des fils et des filles qui en sont capables. Le FSSDC va désigner quelques dignes fils et filles du Congo sur base des critères d’intégrité, de fiabilité, de crédibilité, de compétence, de leadership, d’intelligence, de sagesse, de bonne réputation, de large acceptabilité aussi bien au Congo que dans la diaspora pour conduire une courte transition souveraine et pacifique ; laquelle devra déboucher sur des élections libres transparentes et démocratiques. Le Peuple Congolais ne veut en aucune façon aller au dialogue congolais avec un président qui a triché à l’élection présidentielle du 28 novembre 2011, un étranger rwandais de surcroit criminel et incompétent. En vue de sauver la Nation congolaise toute entière et cela dans le calme, je propose la solution qui suit : LA TENUE DU FORUM SOUVERAIN POUR LE SAUVETAGE DE LA DEMOCRATIE CONGOLAISE. En quoi doit –il- consister concrètement ? Il doit consister en la réalisation effective d’un certain nombre d’objectifs salvateurs dans un FORUM NEUTRE doté d’une véritable souveraineté comme la Conférence Nationale Souveraine des années 90, sous le Président MOBUTU au Congo - Zaïre à l’époque. Nous proposons qu’elle se fasse sous l’égide de la France qui pourra éventuellement abriter au sud de l’Hexagone ces assises salvifiques en faveur de la RDC. Un autre pays peut aussi abriter cette rencontre historique : le Grand Duché de Luxembourg. La Suisse ou la SUEDE ou encore la NORVEGE peuvent servir aussi de lieux sûrs pour la tenue et la réussite de ce Forum .Ce pays pourra être désigné par consensus ou par tirage au sort. Pourquoi, un Etat neutre et un Etat démocratique ? C’est pour inspirer l’esprit de neutralité, d’objectivité et de démocratie aux participants congolais à ce forum de la dernière chance. Parce qu’il s’agira ici de sauver le peuple congolais qui souffre très atrocement. C’est ainsi qu’il faut vite aller en besogne pour sauver des vies humaines, la démocratie congolaise et l’Etat congolais. DES PARTICIPANTS Nous proposons que 300 congolais de père et de mère puissent prendre part à ces assises salvifiques de la Nation congolaise. Nous proposons que les représentants de toutes les forces vives de la Nation congolaise y prennent part. La participation de la société civile congolaise est vivement recommandée. Doivent aussi prendre part, les membres de l’opposition politique congolaise ; toutes tendances confondues. Le nombre des participants ne peut excéder trois cents (300) pour éviter de surcharger financièrement l’Etat congolais déjà en crise financière. Les combattants Résistants patriotes congolais de la diaspora constituant une véritable force économico –politique et la véritable opposition congolaise doivent aussi impérativement participer à ce Forum. C’est ainsi que pour garantir leur sécurité, le lieu de la tenue du FSSDC doit être neutre et très sécurisé. D’où un Etat de DROIT tel qu’un des ceux cités plus-haut serait le lieu le plus approprié pour la tenue du Forum. DE LA SECURITE. La tenue de ce forum à Kinshasa en RDC n’offre aux participants aucune garantie sécuritaire tant il est vrai que le président actuel en RDC a ; non seulement les faveurs de l’armée, de la police et de ses services de sécurité mais aussi et surtout dispose d’une très grande influence sur ces institutions sensibles. Ils sont tous à sa solde. D’où un endroit neutre et plus sûr où tous les participants devront se sentir libres de s’exprimer et à l’aise. DU FINANCEMENT. Le financement de la tenue et de la réussite de ce forum de sauvetage par le Gouvernement actuellement en place en RDC, prouvera sa bonne foi à voir les choses changer positivement et pacifiquement dans notre pays. En cas de refus de financer ce Forum ; l’un des pays hôtes proposés ci-dessus aidera financièrement ces assises à se tenir et ceci sous la forme d’un prêt à l’Etat congolais, lequel sera tenu de rembourser cet argent après l’installation des institutions transitoires en RDC. Ce remboursement peut se faire sous la forme d’une concession minière ou sous toute autre forme voire en nature (DATION EN PAYEMENT) Notre pays étant immensément riche en minerais et en ressources naturelles celles-ci nous permettrons de rembourser sans difficultés le prêt accordé pour la tenue de ce salvateur FSSDC. A défaut d’acquérir un prêt financier, compte tenu du besoin pressant d’une véritable démocratie congolaise, notre peuple- surtout de la diaspora congolaise- sera convié à consentir des efforts énormes en vue de créer un fonds souverain en vue de soutenir financièrement la tenue et la réussite du FSSDC DES INSTITUTIONS A METTRE EN PLACE EN RDCONGO A L’ISSUE DE CE FORUM DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE. Nous souhaitons que celle-ci soit assumée par un collège de deux présidents, comme la Coprésidence du parti écolo en Belgique. Ces deux personnes doivent être d’une probité morale et d’une notoriété prouvées. J’estime que les deux personnes ci-après sont mieux indiquées pour assumer cette fonction de coprésidence : il s’agit du Cardinal Laurent MOSENGO PASINYA et du Docteur Dénis MUKWEGE. Etant en démocratie, d’autres propositions des personnes remplissant les conditions de compétence intellectuelle, de probité morale et de notoriété peuvent être données ; la liste n’étant pas exhaustive. Les deux Coprésidents qui seront désignés et conduiront la transition ne vont pas être candidats à la présidence après la transition en RD Congo. DU GOUVERNEMENT ISSU DU FORUM. Ce forum produira un gouvernement transitoire de 20 membres plus un strict minimum de Vices Ministres jugés très utiles au bon fonctionnement de la République et à la préparation de vraies élections démocratiques en RDC. Ce Gouvernement aura pour tâches primordiales ; la gestion transitoire de l ’Etat congolais, la mobilisation effective de toutes les ressources nécessaires (humaines, financières, matérielles et autres) Il s’attèlera à ;- préparer et organiser les élections libres ; transparentes et démocratiques, - Jeter les bases de la refondation d’une armée nationale véritablement républicaine, - Veiller à la restauration de l’autorité de l ’Etat congolais sur l’ ensemble du territoire congolais, - S’attaquer aux urgences socio-économiques. Le Ministre de l’intérieur qui sera désigné devra être un homme ou une femme doté(e) de plusieurs qualités exceptionnelles dont la neutralité et l’indépendance d’esprit y compris d’une probité morale irréprochable. Ces restrictions s’expliquent par le fait que l’Etat devra réduire les dépenses inutiles lesquelles asphyxient inutilement son bon fonctionnement car il souffre déjà de la crise financière, sciemment voulue et entretenue par les autorités au pouvoir actuellement dans notre Pays. Tous ces Ministres et Vice-ministres ne seront jamais candidats à la présidence de la République ou à d’autres fonctions, telles que le Forum le décidera. DU PARLEMENT MONOCAMERAL. Celui-ci sera composé et formé de tous les participants au FSSDC. Leurs décisions seront souveraines et engageront toute la Nation congolaise. Ce parlement ne devra fonctionner que pendant la période de transition avec comme cardinal objectif : la gestion du processus électoral en RDC. Il sera dissout par l’entrée en fonction des parlementaires démocratiquement élus après la transition. Ce parlement transitoire devra retoucher les parties tripatouillées de la constitution actuelle en RDC (Celle du 18 février 2006) Exemple : L’élection du Président de la République devra revenir à DEUX TOURS. Ce parlement transitoire aura pour tâches :- désigner un nouveau chef d’état major général des forces armées (ici les noms de deux vaillants, intègres et compétents officiers sont proposés, il s’agit : de celui du Général Paul MOKOBO et de celui du Major André MPIKA), -Un nouveau numéro un de la police et, -Un nouveau patron des services de sécurité de la Nation congolaise devront être désignés. En vue de jeter déjà les bases de la démocratie naissante, d’autres noms éventuels pourront être proposés pour garantir l’esprit de concurrence équitable. Certaines autres Autorités devront aussi être désignées à cet effet, telles que :- les gouverneurs des provinces, les commandants militaires et de police de toutes les régions congolaises, un nouveau PDG pour l’OFIDA et d’autres Présidents Délégués Généraux des différentes entreprises publiques. Toutes les nouvelles Autorités qui seront désignées devront remplir impérativement certaines conditions dont la compétence et la probité morale, le patriotisme etc. DE LA DUREE DE CE FORUM Je propose qu’il se tienne au mois de septembre 2015, pendant un mois mais au plus tard au mois de décembre 2015. DE LA PLACE DE L’ONU Elle devra jouer un rôle très capital dans le processus du FSSDC. Surtout, dans la sécurisation des co-présidents, des membres de l’équipe gouvernementale désignés puis du parlement monocaméral formé au FSSDC (les nouvelles Autorités), à partir du lieu de la tenue du FSSDC ; jusqu’en RDC. Par ailleurs, si cela s’avère nécessaire ; les forces de l’ONU pourraient épauler le petit embryon de l’armée et de la police du peuple formées pendant la transition à accomplir des missions sécuritaires sur toute l’étendue du territoire national. DES TEMOINS INTERNATIONAUX Il y aura la présence des représentants : -de l’Union Africaine ainsi que celles de deux anciens Présidents africains : du Ghana, Jerry RAWLINGS et du Mali, AMANI TOUMANI TOURE, -de l’ONU,-des USA,-de France,-d’Angleterre et - d’autres Grandes puissances y compris les bons offices de l’Association SANT’ EGIDIO. Ils assureront le rôle de témoins pour le meilleur suivi puis l’application des résolutions du FSSDC. Je reste très ouvert à d’autres propositions et demeure disposé à entreprendre des d’échanges dans le sens de l’avancement positif des choses. Ainsi fait à Bruxelles, le 02 Juillet 2015 Par Wilkens E. ALHONGO, Juriste- Patriote congolais et Docteur en Droit.

Partager cet article

Repost 0
Published by diasporanabisomoko.com
commenter cet article

commentaires