Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 11:00
  RDC : DIALOGUE : MGR. MOSENGWO RAPPELLE A KABILA DE RESPECTER SCRUPULEUSEMENT LA CONSTITUTION  ET DE PRENDRE EN COMPTE LES RESOLUTIONS DE "PROTEGEONS LA NATION"

Plus de 45 minutes auront suffi hier entre le Chef de l’Etat et la délégation de la Conférence nationale épiscopale du Congo pour parler de prochaines élections et du calendrier électoral. Aujourd’hui à 9heures, c’est au tour du Cardinal Monsengwo de faire part au Chef de l’Etat de ses préoccupations par rapport au futur Dialogue politique.

A la différence des délégations d’hier qui ont été reçues par groupe de quatre y compris le chef de délégation, le Cardinal Monsengwo se présentera seul devant le Chef de l’Etat en présence de son émissaire Kalev Mutomb. Après lé Cardinal, le Chef de l’Etat recevra de 10 heuresl5’ à 11heurès30, la délégation de l’Eglise orthodoxe conduite
par le Professeur Théodore Nfumunzaza Dimuanga, secrétaire général qui sera accompagné de trois responsables de cette Eglise dont l’Archevêque grec.

Tandis que de 11heures30’ à 12heures15’, l’Evêque Albert Kankienza va conduire la délégation des Eglises de Réveil du Congo (ERC) accompagné de trois autres Evêques. Cependant de l2heures45’ à 13heures30’, seront reçus quatre Représentants légaux des Eglises indépendantes qui vont être conduits par Mgr Simon Nzinga Maluki.

Les chefs coutumiers vont boucler la boucle de cette journée de 14heures à 14heures45’. Le Grand chef Munongo Mulenda M’Siri va conduire cinq des membres du comité national auprès du Chef de l’Etat. En attendant, la journée d’hier a été consacrée à la délégation de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) qui a exprimé au Chef de l’Etat ses
préoccupations autour des élections qui se profilent à l’horizon. Pour l’ECC, il fallait quelques retouches au calendrier électoral. Pour cela, a-t-il poursuivi, le Chef de l’Etat voulait écouter tout le monde notamment les membres de la Société civile. Et d’indiquer qu’on ne peut s’exprimer qu’à travers des structures reconnues par la
Constitution. Et de conseiller aux uns et aux autres d’éviter la versatilité qui amène à déclarer une chose un jour et à le renier le lendemain.

Marini Bodho, qui a conduit cette délégation, a invité la population à suivre ce processus de consultations en toute sérénité avant d’émettre le vœu de ne pas voir s’organiser un Dialogue du genre de celui qui s’était déroulé en Afrique du Sud, il y a de cela plus de dix ans (Dialogue intercongolais de Sun City). L’objectif de ces consultations
est d’avoir des Sélections paisibles.

La délégation protestante .a été relayée par celle de l’Eglise kimbanguiste conduite par son chef spirituel, Son Eminence Simon Kimbangu Kiangani qui s’est fait accompagner également de trois de ses collaborateurs. Le Représentant légal des kimbanguistes a invité les uns et les autres à l’obéissance envers l’Etat à travers ses
institutions. Il a recommandé de poser le problème à l’Autorité avant de le résoudre. Cela né pourra être possible que lorsqu’on accepte d’écouter l’autre à travers un Dialogue. Il a, pour terminer, appelé à la paix.

De la Constitution

L’Eglise catholique à travers la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) dont la délégation était conduite par son président national, Mgr Nicolas Djomo, a conféré avec le Président de la République pendant plus de 45 minutes.

Le secrétaire général de la CENCO, l’Abbé Santedi, a affirmé au sortir, de cette audience que le Dialogue est la voie royale de sortie de crise mais l’objectif le plus important demeure le consensus sur le calendrier. Et de préciser: “Ce Dialogue doit se. tenir dans le respect de la Constitution et du délai constitutionnel du calendrier électoral. Il faut en tout état de cause rechercher le bien- être de la population, apporter un message de paix, consolider la confiance dans le respect des droits de l’homme”. Et de conclure que le Dialogue doit permettre de construire la démocratie avant de rappeler qu’il faut créer un climat de confiance entre tous les acteurs. Il ne s’est pas empêché d’appeler les hommes politiques à plus de responsabilité. Et de réitérer que le Dialogue doit viser le consensus autour du calendrier pour un processus électoral réussi. En Memo et en annexe les resolutions de "protegeons la nation" a ete remit a Kabila pour meditation notamment : Protéger la Nation, c’est respecter la Loi fondamentale qui constitue le socle de la nation. C’est pourquoi, nous ne nous lasserons pas de rappeler au peuple congolais et à nos gouvernants la position de la CENCO contenue dans le Mémorandum adressé au Chef de l’Etat au sujet de la non modification de la Constitution, en particulier en ses articles verrouillés qui échappent à toute révision[4]. Tel est le cas de l’article 220 qui stipule :« La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ». Nous désapprouvons également toute sorte d’initiative qui, sans modifier directement l’Article 220, viserait à le vider de son contenu essentiel.

Partager cet article

Repost 0
Published by diasporanabisomoko.com
commenter cet article

commentaires