Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 14:58
L'OPPOSITION CONGOLAISE A L'ERE DE L'ALTERNANCE !

PARTANT DES ARTICLES 6,7,8 ET 9 DE LA CONSTITUTION EN VIGUEUR EN RDC QUI STIPULENT CECI : Le pluralisme politique est reconnu en République Démocratique du Congo.Tout Congolais jouissant de ses droits civils et politiques a le droit de créer un parti politique ou de s'affilier à un parti de son choix. Les partis politiques concourent à l'expression du suffrage, au renforcement de la conscience nationale et à l'éducation civique. Ils se forment et exercent librement leurs activités dans le respect de la loi, de l'ordre public et des bonnes moeurs.

Les partis politiques sont tenus au respect des principes de démocratie pluraliste, d'unité et de souveraineté nationales.Les partis politiques peuvent recevoir de l'Etat des fonds publics destinés à financer leurs campagnes électorales ou leurs activités, dans les conditions définies par la loi.

Nul ne peut instituer, sous quelque forme que ce soit, de parti unique sur tout ou partie du territoire national. L'institution d'un parti unique constitue une infraction imprescriptible de haute trahison punie par la loi. L'opposition politique est reconnue en République Démocratique du Congo. Les droits liés à son existence, à ses activités et à sa lutte pour la conquête démocratique du pouvoir sont sacrés. Ils ne peuvent subir de limites que celles imposées à tous les partis et activités politiques par la présente Constitution et la loi. Une loi organique détermine le statut de l'opposition politique.

L'Etat exerce une souveraineté permanente notamment sur le sol, le sous-sol, les eaux et les forêts, sur les espaces aérien, fluvial, lacustre et maritime congolais ainsi que sur la mer territoriale congolaise et sur le plateau continental. Les modalités de gestion et de concession du domaine de l'Etat visé à l'alinéa précédent sont déterminées par la loi; GRARATISSANT LA LIBERTE D'ASSOCIATION, DE REUNION ET DES MANIFESTATIONS, L'OPPOSITION EN RDC DISPOSE ET DOIT DISPOSER EN TOUT TEMPS DES MEMES ACTIONS QUE CEUX QUI DIRIGENT OU GOUVERNENT LA RDC PAR DEFIS A SAVOIR :

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Toute personne a le droit de manifester sa religion ou ses convictions, seule ou en groupe, tant en public qu'en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques, l'accomplissement des rites et

l'état de vie religieuse, sous réserve du respect de la loi, de l'ordre public, des bonnes moeurs et des droits d'autrui.

La loi fixe les modalités d'exercice de ces libertés. Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit implique la liberté d'exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l'écrit et l'image, sous réserve du respect de la loi, de l'ordre public et des bonnes

moeurs. Toute personne a droit à l'information. La liberté de presse, la liberté d'information et d'émission par la radio et la télévision, la presse

écrite ou tout autre moyen de communication sont garanties sous réserve du respect de l'ordre public, des bonnes moeurs et des droits d'autrui.

La loi fixe les modalités d'exercice de ces libertés. Les médias audiovisuels et écrits d'Etat sont des services publics dont l'accès est garanti de

manière équitable à tous les courants politiques et sociaux. Le statut des médias d'Etat est établi par la loi qui garantit l'objectivité, l'impartialité et le pluralisme d'opinions dans le traitement et la diffusion de l'information. La liberté des réunions pacifiques et sans armes est garantie sous réserve du respect de la loi, de l'ordre public et des bonnes moeurs. La liberté de manifestation est garantie. Toute manifestation sur les voies publiques ou en plein air, impose aux organisateurs d'informer par écrit l'autorité administrative compétente. Nul ne peut être contraint à prendre part à une manifestation.

La loi en fixe les mesures d'application. DU JAMAIS VU AVEC TOUT CE QUI SE PASSE ACTUELLEMENT EN RDC AVEC DES ACTIONS ATTENTATOIRES QUI ESSAIENT D'ETRE IMPOSEES PAR LA FORCE ET PAR DEFIS EN VUE DE CONTINUER A ETOUFFER LES MULTIPLES ACTIONS DE L'OPPOSITION EN VUE DE S'OFFRIR UNE POSSIBILITE D'ALTERNANCE ET DE CONTRIBUER POURQUOI PAS A 'ENRICHISSEMENT ET AU RENOUVELLEMENT DU PERSONEL POLITIQUE CONGOLAIS CARACTERISE PAR UNE POLITIQUE AIGUE DU TUBE DIGESTIF OU LA VENTROLOGIE. TOUT D'ABORD L'OPPOSITION CONSTITUE UN "CONTRE-POUVOIR" ET COMME TEL SON ROLE EST ET DOIT TOUJOURS ETRE CELUI D'EVITER QUE LA MAJORITE UNE FOIS AU POUVOIR DE NE PAS AVOIR CONTINUELLEMENT LA TENTATION DE MENER UNE POLITIQUE PORTANT ATTEINTE EXCESSIVE AUX DROITS ET LIBERTES DES PEUPLES. LA BASE DE LA DEMOCRATIE VEUT QUE L'OPPOSITION PARTICIPE A L'EXISTENCE DU PLURALISME POLITIQUE QUI VA REPRESENTER DANS UN FUTUR PROCHE DE POSSIBILITE D'UNE ALTERNANCE POLITIQUE.

EN LIEU ET PLACE DES PREROGATIVES DEVOLUES AU PEUPLE CONGOLAIS A L'HEURE ACTUELLE ET DANS LE CONTEXTE ACTUEL DE L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS LA "RDC"; LES AGISSEMENTS ET LES COMPORTEMENTS DE CEUX QUI DIRIGENT LE PAYS PAR DEFIS ET PAR LA FORCE DES ARMES CONTRIBUENT A AMENER OU REVIENDRAIT A METTRE EN PERIL LA SURVIE DU PEUPLE CONGOLAIS DANS SON VECU QUOTIDIEN DE TOUS LES JOURS ET FAIRAIT OBJET OU EFFET DE REDUIRE CONSIDERABLEMENT LES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ICI EN OCCURENCE DES CONGOLAIS OU AURAIT EFFET DE REDUIRE LES PREROGATIVES DES PROVINCES ET DES ENTITES TERRITORIALES DESCENTRALISEES ALORS QUE CA N'A PAS TOUJOURS ETE LE CAS CAR IL N'Y A PAS D'AUTONOMIE DANS LE CHEF DE TOUTES LES PROVINCES DU PAYS. IL Y A COMPROMISSION EGALEMENT DE MANIERE CONSIDERABLE DE LA PROTECTION DES OPTIONS FONDAMENTALES RELATIVES A LA NATURE MEME DE L'ETAT CONGOLAIS QUI EST RECONNUE INTERNATIONALLEMENT DANS SES FRONTIERES DU 30 JUIN 1960, UN ETAT DE DROIT, INDEPENDANT, SOUVERAIN, UNI ET INDIVISIBLE, SOCIAL, DEMOCRATIQUE ET LAIC ET NON UNE MONARCHIE OU UN ROYAUME. VOILA POURQUOI LAISSER COMME LE PRECISE SI BIEN L'ARTICLE 220 DE LA CONSTITUTION EN VIGUEUR EN RDC AUX SOIS-DISANTS DEPUTES FANTOCHES DE PROCEDER AUX REVISIONS INTEMPESTIVES DE LA LOI FONDAMENTALE, NOUS AMENERAIT QU'A UN SCHEMA DANGEREUX D'ACCEPTER AINSI DE PROCEDER AUSSI AUX REVISIONS INTEMPESTIVES DE NOS FRONTIERES OU NOS BORNAGES ACTUELS LAISSANT PRESAGER LA MATERIALISATION A COUP SURE DU PLAN DE BALKANISATION, D'EMIETEMENT ET DE DISLOCATION DE NOTRE NATION; D'OU AUCUNE PROCEDURE DE REVISION CONSTITUTIONNELLE NE PEUT ETRE ENGAGEE OU POURSUIVIE LORSQU'ELLE PORTE ATTEINTE A L'INTEGRITE DU TERRITOIRE.

B. MASS MP

L'OPPOSITION CONGOLAISE A L'ERE DE L'ALTERNANCE !

Partager cet article

Repost 0
Published by diasporanabisomoko.com
commenter cet article

commentaires